Le monde du CBD

La légalisation du cannabis au Canada sous l’œil international : Justin Trudeau s’exprime

Dans une récente enquête menée par Mathieu Kassovitz sur les diverses régulations du cannabis dans le monde, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a fait une déclaration surprenante. Il a affirmé que les craintes entourant les réactions internationales après la légalisation du cannabis à usage adulte en 2018 étaient largement infondées. Cette prise de position audacieuse n’est pas passée inaperçue, en particulier pour les pays envisageant des réformes similaires.

Des révélations sur la légalisation

Au cours de l’interview, Justin Trudeau a discuté de l’évolution pionnière du Canada vers la légalisation du cannabis à usage adulte. Il l’a décrite comme une transition relativement simple, s’effectuant en « 15 minutes », avec peu de changements sociaux majeurs, si ce n’est une réduction notable de la pression sur le système judiciaire.

« Le seul élément qui nous a réellement préoccupés était la possibilité de nous retrouver en dehors de certains traités internationaux sur la lutte contre la drogue », a déclaré M. Trudeau. « Nous nous sommes demandé si le Canada serait sanctionné pour ne pas être aligné sur ces traités. Mais personne ne nous en a parlé. Les observateurs ont regardé avec intérêt ce que nous faisions. »

Il a également souligné qu’il restait encore du travail à faire, mais que rien de suffisamment négatif n’aurait dû empêcher cette démarche.

Les défis internationaux

La possible violation des traités des Nations unies, notamment de la Convention unique sur les stupéfiants de 1961, a souvent été évoquée comme un obstacle majeur à la libéralisation du cannabis ces dernières années. Pourtant, des experts ont montré qu’il existait des voies pour légaliser le cannabis tout en respectant ces conventions.

Cette contrainte supposée a joué un rôle crucial dans le récent recul de l’Allemagne dans ses projets de création d’un marché commercial pour adultes. Elle reste également une considération essentielle pour le projet de cannabis de la République tchèque, dernière en Europe à faire pression en faveur d’un marché commercial.

Aux États-Unis, la Drug Enforcement Agency (DEA) américaine, qui envisage actuellement de reclasser le cannabis dans l’annexe III, a déjà invoqué les traités internationaux pour justifier l’abandon de précédentes tentatives de réforme.

Des implications mondiales

La position de Justin Trudeau offre un éclairage fascinant sur la manière dont la légalisation du cannabis au Canada a été perçue à l’échelle internationale. Si les réactions négatives redoutées ne se sont pas concrétisées, cela pourrait encourager d’autres nations à envisager des réformes similaires avec plus de confiance.

Alors que le débat sur la légalisation du cannabis continue de faire rage dans de nombreux pays, les commentaires de Trudeau pourraient avoir un impact significatif sur les futures décisions politiques à l’échelle mondiale. La question des traités internationaux sur la drogue reste cependant un défi majeur pour ceux qui cherchent à repenser leurs politiques en matière de cannabis.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page