Actualités
A la Une

Le cannabis au Japon : une mise à jour sur la loi

En mai 2022, le Japon cherche à modifier sa loi sur le cannabis. Si au cours de l’histoire, on avait remarqué l’intérêt de la société nippone sur la plante de chanvre, le pays se place actuellement parmi les derniers rangs dans le cadre de la libéralisation.

Cannabis et CBD : le Japon dans sa situation actuelle

Le ministère de la Santé a renouvelé la loi sur le contrôle du cannabis au Japon. Quelques modifications ont été entreprises dans le but de mettre à jour la situation de cette plante par rapport à l’évolution du système à l’international.

Une nouvelle loi sur le cannabis

Il s’agit d’un ajustement juridique visant à restructurer le système médical. Le gouvernement japonais cherche à donner une autorisation partielle du cannabis pour servir exclusivement le domaine de la santé. Ce nouveau cadre législatif ne cherche pas à dépénaliser l’exploitation, mais tend uniquement à trouver une échappatoire en faveur de la médecine.

Pendant 74 ans, le Japon est resté dans sa position rigoureuse à l’égard de la plante de chanvre. C’est la première fois que cette loi sur le contrôle du cannabis, instaurée depuis 1948, subit un amendement particulier. Pourtant, après une longue période d’attente, les observateurs locaux et internationaux ont reçu un coup bas par rapport aux décisions prises par l’administration.  

Le cannabis au Japon dans une condition stricte

On envisage donc à légaliser le cannabis médical, dont le CBD. Pourtant, on propose une intensification de la pénalisation de la consommation du chanvre récréatif. Sur ce, la loi japonaise reste sur la même position. On interdit strictement :

·         la culture

·         la consommation

·         la possession

·         Le commerce

Cela concerne surtout les feuilles, la tige et les racines.

Par rapport à ses pairs du G7, le Japon va vers un autre sens. Les nouvelles dispositions ne se limitent pas à la prohibition, mais cherchent surtout à contrôler et à sanctionner pénalement les activistes dans la filière. Aucune exception n’est considérée : quelle que soit la raison, peu importe la quantité.

Une note dans l’incertitude

En 2021, on attendait une libéralisation du secteur après le succès de l’essai d’Epidiolex. Une modification devrait être apportée. Toutefois, les acteurs concernés, déçus, n’attendent presque rien sur l’amélioration de la situation. En effet, on vit dans une société où le cannabis avait été dans la culture, mais qui l’avait totalement oublié après plus de 70 de prohibition.

Au Japon, il est difficile d’expliquer aux gens que le chanvre pourrait avoir des propriétés thérapeutiques. Dire qu’en Europe et aux États-Unis, les molécules HHC et CBD sont utilisées pour des fins médicales constitue un sujet très complexe. Ils croiraient que les médecins dopent les patients.

Ce que l’on peut dire c’est que l’avenir du cannabis au Japon reste dans l’incertitude. Les acteurs de la filière mise encore sur la prochaine réunion parlementaire de 2023. Pourtant, devant une société qui n’est pas prête à opter pour l’amélioration et un gouvernement qui statue sur la même position, rien n’est encore sûr !

La longue histoire du cannabis au Japon

Le cannabis apparaît bien dans le cadre de l’histoire. Autrefois elle avait une place importante dans la société, mais un revirement international avait changé la situation. Actuellement, le chanvre revient à petits pas dans le quotidien des Japonais.  

Le cannabis dans la civilisation japonaise

Le chanvre n’était pas seulement une plante ordinaire. Celui-ci répondait à presque tous les besoins de l’homme : nourriture, habillement et traitement thérapeutique. Son utilisation auprès de la société japonaise remonte à l’âge de pierre. On avait pu identifier des fleurs de cannabis dans des peintures pariétales de l’ère Jomon.

Le rôle religieux du cannabis

Le chanvre avait un rôle sacré au sein du shintoïsme. On le voyait pendant les cérémonies et les rituels religieux. Les prêtres appelaient les esprits en utilisant des tiges et des fleurs de cannabis. On brûlait des bouts dans le but de communiquer aux ancêtres. Du côté des pèlerins, on utilisait comme offrande pour les divinités.

Des vêtements de luxe au Japon

La plante s’inscrivait dans le quotidien des Japonais. On portait des vêtements en tissu de chanvre, un véritable produit de luxe. Effectivement, les confectionneurs fabriquaient des habits de qualité à partir de cette substance. On les portait généralement pour donner honneur aux grandes festivités ou pendant les cérémonies religieuses.

Le cannabis pour se nourrir

Dans la société nippone antique, la consommation des graines de chanvre était courante. On a préparé de nombreuses recettes de façon ordinaire. Autrement, cet archipel produit habituellement de l’huile de CBD comme de nombreux pays.  

Le papier japonais

Dans la culture japonaise, on fabriquait du papier à partir des fibres de cannabis. L’utilisation de ces matières fines remontait à l’Antiquité. On peut donc en déduire que les premiers papiers étaient conçus à partir de cette plante. On en faisait particulièrement usage pour les calligraphies.

Les vertus thérapeutiques

Mais les Japonais se consacraient à ce végétal pour sa propriété thérapeutique. Grâce au cannabis, ils parvenaient à régler des problèmes de respiration et soulager des maux très courants. Par rapport à cela, les seigneurs féodaux encouragent la culture.

Une prohibition par les Américains

Avant la Seconde Guerre mondiale, le cannabis au Japon était encore une plante ordinaire dans la société . L’occupation américaine entraînait un grand revirement dans le cadre législatif. À partir de 1945, les nouvelles autorités ont apporté de nombreux changements réglementaires qui ont également touché le domaine du chanvre.

Lorsque le Japon avait perdu à la Grande Guerre, les États-Unis ont voulu interdire totalement le chanvresur tout son territoire. Ils ont instauré une loi sur les stupéfiants en 1948. Cela vise à prohiber la consommation et l’exploitation des substances psychotropes. Cette nouvelle disposition avait touché de nombreuses parties, dont des adeptes et surtout des acteurs économiques.

Des milliers de cultivateurs de chanvre ont dû arrêter leur activité pour appliquer cette législation. Ces derniers ne manquaient pas à réagir face à l’armée de l’occupation américaine. On a ensuite modifié cette loi. Finalement, on a pu mettre quelques exceptions dans son application. Quelques agriculteurs détenant un permis de recherche peuvent planter du cannabis pour des fins médicales. Par rapport à cet amendement, la loi sur le contrôle du cannabis exempt les graines de chanvre de l’interdiction.

Une réapparition récente

Depuis 1948, le pays applique cette législation stricte à l’égard du cannabis et ses différentes molécules. La transgression à une seule disposition de la loi sur les stupéfiants est passible d’une peine de prison. On assiste à l’installation d’une atmosphère de terreur. Par rapport à cela, on ressentait une forte répression.

Ce fut à partir de l’année 2013 que le CBD et ses produits dérivés sont arrivés au Japon. En profitant des échappatoires sur l’amendement de la loi, il est désormais possible d’en importer et d’en consommer dans le territoire nippon. Le marché a donc pu se développer pour prendre un élan considérable à partir de 2019.

Epidiolex, un médicament produit par l’industrie pharmaceutique anglaise GW Pharma, avait fait un grand pas pour approuver la molécule du CBD. Ce succès des recherches médicales ouvrirait la voie à la libéralisation du cannabis au Japon.

feuille de cannabis verte avec un fonds dans l'ombre

Le cannabis dans le Japon actuel

ans la société japonaise, on considère le chanvre comme étant un sujet très important . Après des années d’interdiction sur le territoire, on est dans une situation aléatoire : des courants cherchent à le libéraliser alors que des idées veulent rester dans la prohibition.  

Un développement cannabis au Japon

Si depuis 1948, l’armée de l’occupation avait interdit le chanvre et le cannabis, les autorités japonaises ont obtenu des permis pour la production de la part des États-Unis. Pourtant, les mouvements hippies des années 1960-70 ont totalement boycotté le système. On avait cultivé le chanvre sans aucune autorisation. On avait négligé la loi.

Aujourd’hui, avec une licence officielle, un agriculteur peut cultiver le cannabis dans le cadre légal. Les cultivateurs prétendent qu’il s’agit d’une activité inscrite dans le cadre du développement durable, car le chanvre aurait des apports bénéfiques à l’environnement. Par rapport à cela, on espère que la loi va un jour tendre du côté des acteurs de cette filière.

Dans la morale des Japonais

La communauté japonaise se trouve très enthousiaste par rapport à la loi sur le contrôle du cannabis. On inflige des punitions sociales aux contrevenants. On n’hésitait pas à les exclure d’une école ou d’une entreprise.

Les voyageurs risquent une déportation ou même une interdiction d’entrer dans le territoire. Il en est du cas du musicien Paul McCartney.

Les Japonais gardent la même attitude lorsqu’ils sont dans un pays étranger. Le cannabis reste pour eux un produit extrêmement dangereux que l’on ne peut pas du tout tolérer.

En somme, la légalisation du cannabis au Japon reste un sujet très délicat. Si le pays avait autrefois connu une civilisation mettant en valeur le chanvre et ses produits dérivés, celui-ci se trouve actuellement dans le rang des réfractaires. Toutefois, en vue des circonstances nationales et mondiales, les observateurs s’attendent à un assouplissement de la situation. On espère que dans les années suivantes, on assistera à la libéralisation de la filière cannabis.  

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page