Science & Etudes

CBD et les interactions médicamenteuses, tout ce qu’il faut savoir

On utilise aujourd’hui le CBD dans le traitement de nombreuses pathologies. Mais si un traitement est déjà en cours, le cannabidiol peut-il empêcher le bon fonctionnement de celui-ci? Tout sur le CBD et les interactions médicamenteuses. 

Les grandes lignes du CBD 

Avant de comprendre le CBD et les interactions médicamenteuses, il faut connaitre ce qu’est le cannabidiol, ses effets et ce que dit la loi.

L’histoire du CBD 

Le cannabis est présent dans les pratiques médicinales du monde entier depuis 6000 ans avant notre ère. On l’utilisera  plus tard à des fins récréatives. Devenu addictive, sa consommation devient illégale dans les années 20. C’est en 1939 qu’on entend parler de CBD pour la première fois. Mais à cette époque, le Dr Roger Adams et son équipe le voient comme un composant toxique du chanvre. 

Il faut attendre 1963 pour que l’équipe du Dr Raphael Mechoulam de l’Université hébraique de Jérusalem se penche sur le cannabidiol. Ils réussissent alors à identifier sa structure, différente du THC. Plus tard, de nombreuses études vont montrer les nombreux bienfaits du ce nouveau cannabinoïde sur l’organisme. 

Les bienfaits du CBD 

flacon et compte-gouttses d'huile de cbd; bienfaits du cbd

Le cannabidiol agit en passant par le système endocannabinoïde, à l’instar des autres cannabinoïdes du chanvre. Il aide le SEC à préserver l’homéostasie ou l’équilibre du corps. Mais contrairement au THC,  il n’agit pas sur les  récepteurs CB1. Ces derniers se situent notamment dans le système cérébral. C’est pour cela que le CBD n’est pas une substance psychoactive. Il n’altère pas le comportement, ne détruit pas les neurones sur le long terme et ne modifie pas notre perception des choses. 

Il lutte avant tout contre le stress oxydatif. C’est l’agression des cellules par des radicaux libres. Cela est généralement dû à un dysfonctionnement au niveau des radicaux libres pro-oxydants et antioxydants. Cette lésion entraîne la mort des cellules, et contribue donc au vieillissement. Grâce ses vertus antioxydantes, le CBD réduit les radicaux libres et aide le corps à se débarrasser des toxines. L’organisme peut facilement se régénérer, ce qui améliore votre santé générale et la qualité de votre peau. 

Le CBD réduit les douleurs inflammatoires chroniques et aiguës  grâce à ses actions anti-inflammatoires et antalgiques. Il soulage également les douleurs neuropathiques et agit en neuroprotecteur. Mais dans ce deuxième cas, on parle beaucoup de CBD et interactions médicamenteuses. Pour cela, Il bloque les récepteurs de douleur dans le système nerveux. Il réduit également les migraines même les plus persistantes.

Consommer du cannabidiol,  c’est aussi pour les sportifs. En effet, nombreux professionnels de haut vol affirment utiliser le CBD pour les aider à mieux dormir et donc à mieux récupérer après une compétition ou des entraînements intensifs. Cet antidouleur s’avère plus efficace que les analgésiques et surtout sans risque de dépendance. Le cannabidiol est aussi un anti-inflammatoire qui accélère la récupération musculaire. Il réduit ainsi le risque de courbatures et de blessures. 

Comme nous le savons, le cannabidiol contribue à notre bien-être. Non seulement il favorise le sommeil, l’appétit etc, mais il booste également la libido. Il est l’allié des personnes souffrant de troubles de l’érection, de sécheresse vaginale ou d’éjaculation précoce. Il augmente également la durée des rapports sexuels et l’intensité des orgasmes.

Législation sur le CBD

Attention à ne pas confondre cannabis et cannabidiol. Le premier est dans la catégorie des stupéfiants. Il contient une forte dose de THC qui est un cannabinoïde psychoactif. Sa vente, sa production et sa consommation sont interdites par la loi. Par contre, la loi européenne autorise le CBD. Mais attention, il est interdit d’utiliser des plantes ayant un taux de THC supérieur à 0.2% pour extraire le CBD. Le produit fini ne doit contenir aucune trace de tetrahydrocannabinol.

Toutefois, la loi française reste floue concernant le CBD. Seule la vente de cannabidiol sous forme de e-liquide est vraiment autorisée en France. Mais ce n’est pas pour autant que la vente d’huile, de pâtes ou de gélules etc est répréhensible. On peut donc dire que la législation française n’autorise pas, mais n’interdit pas non plus la production, la vente et la consommation de CBD sous une forme autre que le e-liquide. Attention, la loi européenne reste bien claire: le CBD reste un complément alimentaire. Il est interdit de le présenter ou de le vendre comme un médicament et d’en faire la publicité. 

CBD et Interactions médicamenteuses 

Vous suivez déjà un traitement médicamenteux mais vous souhaitez prendre du cannabidiol? Attention au CBD et les interactions médicamenteuses. Il se peut que la combinaison médicaments et CBD soit bénéfique et il se peut que ce ne soit pas le cas. Une étude du Penn State State College in Hershey a montré que le cannabidiol pouvait interférer avec 57 médicaments classiques. On y trouve notamment les contraceptifs, les antalgiques, les sédatifs, les antidépresseurs, les antihistaminiques, etc.

Les enzymes du cytochrome P450 et le CBD 

Mais qu’est ce que le cytochrome P450? Lorsque nous prenons un médicament, ce n’est pas la totalité de la dose administrée qui va atteindre l’organisme. En fait, le corps métabolise 90% de ces substances étrangères grâce au système enzymatique du cytochrome P-450. Ces composants sont difficilement assimilés par l’organisme. Le système va donc les décomposer pour les rendre plus simple à utiliser pour le corps. Or, le CBD va annihiler l’action de ce système. Résultat: L’organisme ne pourra pas transformer certaines substances: c’est l’interaction médicamenteuse. 

Votre médecin vous a-t’il déjà interdit de manger de la pamplemousse pendant un traitement? C’est parce que la pamplemousse perturbe les enzymes du cytochrome P450. Il en est de même pour le CBD. Il faut même redoubler de vigilance avec les médicaments ayant des effets secondaires lourds, avec les personnes affaiblies par de multiples traitement ou avec les fortes doses de cannabidiol, d’après le Pr Adrian Devitt-Lee de l’Université de Tufts aux Massachussets. 

Cette interaction peut être une bonne chose ou non suivant le type de médicament. Comme l’organisme ne distribue pas correctement le médicament, il est possible que ses effets se ressentent moins. Il se peut aussi que le CBD optimise le taux de substance dans l’organisme. Certes, les effets seront décuplés mais les effets secondaires et les risques de surdosage seront élevés.

Pour éviter cette interaction, l’idéal est de prendre le CBD deux à trois heures avant le médicament et vice versa. Le but est de permettre au foie et au système enzymatique du cytochrome P450 de métaboliser correctement un produit à la fois. 

Le CBD et les interactions médicamenteuses: les anticonvulsifs 

Les anticonvulsifs entrent dans le traitement des troubles neurologiques et des épileptiques. On y retrouve notamment le Clonazépam/ Clobazam et le Onfi. En les combinant avec du CBD à forte dose (environ 300 mg par jour), certains patients ont ressenti une fatigue et une sédation accrue. Une étude sur l’Epidiolex a montré que l’association CBD et anticonvulsifs n’était pas dangereux. Une autre étude de 2015 publiée dans la revue Epilepsia a démontré toutefois que le CBD pourrait augmenter le taux de clobazam dans le sang. Le cannabidiol en décuple donc les effets.

Selon une autre étude, il est possible de réduire la dose de Clonazépam lorsqu’il est combiné avec une forte dose de cannabidiol. Mais il est préférable de demander un avis médical avant de procéder de la sorte. 

Le CBD et les interaction médicamenteuses: les antidépresseurs 

cbd et antidépresseurs

Les personnes souffrant de troubles de l’humeur, d’anxiété, ou de pathologies mentales prennent souvent des traitements aux ISRS. Ces Inhibiteurs Sélectifs de Recaptage de la Sérotonine empêche la réabsorption de la sérotonine dans le cerveau pour en laisser dans la zone synaptique. Les médecins prescrivent généralement du Celexa, du Seroplex, du Prozac etc. Le CBD agit de la même façon sur l’organisme. Aujourd’hui, on n’a pu rapporter que de rares effets d’une interaction entre le CBD et ce type de médicament. En effet, certains patients ont remarqué une hypomanie, une forme légère d’obsession.

Les benzodiazépines  entrent également dans le traitement de ces troubles. Dans cette catégorie, on retrouve le Xanax, le Lexomil, le Valium etc. Les études sur le CBD et les interactions médicamenteuses n’ont montré qu’une augmentation des effets indésirables comme la somnolence ou des troubles de la concentration.

Le CBD et les interactions médicamenteuses: les antihistaminiques 

Les antihistaminiques interviennent dans le traitement de la grippe et des allergies. Parmi les plus utilisés: le Humex qui contient de la doxylamine.Ce médicament fait d’ailleurs débat pour les risques d’abus élevés. Aux USA, il est populaire chez les junkies. Une étude a montré que le CBD altérait les enzymes responsables de la métabolisation du doxylamine. Les effets d’une combinaison CBD et Humex sont notables: troubles de la cognition, somnolence, et même problèmes respiratoires. 

Le CBD et les interaction médicamenteuses: les anti-inflammatoires 

Les anti-inflammatoires comme les corticoïdes et corticostéroïdes entrent dans le traitement des inflammations et des maladies auto-immunes. On retrouve généralement la Prednisone, la Bétaméthasone etc. Ces médicaments sont pourtant connu pour être source de cortico-dépense à long terme. Une combinaison corticoïdes et CBD augmente les effets secondaires du médicament.  Pour cause, les corticoïdes et le cannabidiol inhibent les enzymes CYP3A du fois d’après une étude. Les effets secondaires sont donc plus intenses et plus persistants. 

Le CBD et les interactions médicamenteuses est une histoire bien vraie. Mais les effets de cette interactions varient d’un médicament à un autre. C’est pour cela que l’avis d’un médecin est vital. Lui seul pourra dire si les risques d’interaction sont importants ou non. 

Articles similaires

2 commentaires

  1. haha je comprends mieux maintenant pourquoi j’avais du mal à me concentrer lors de mon exam à la fac 😀 si possible, ne jamais mélanger médocs et cbd pour éviter les mauvaises surprises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page