Science & Etudes

CBD et le sevrage: comment ça se passe?

On connaît le CBD pour ses nombreux bienfaits sur notre organisme. En aidant le système endocannabinoïde, il aide à garder l’équilibre du corps. Mais qu’en est-il lorsque le corps a déjà été chamboulé par les addictifs? Peut-il aider l’organisme à retrouver ses fonctions normales? Tout sur le CBD et le sevrage. 

Le système endocannabinoïde et les neurotransmetteurs

Il y a une trentaine d’années, des scientifiques ont découvert le système endocannabinoïde pendant une étude sur les effets du cannabis sur le cerveau. Il s’agit d’un réseau de récepteurs, d’enzymes et endocannabinoïdes qui s’étend dans presque tout le corps. Le SEC est responsable du bien-être de notre corps en veillant à l’homéostasie (l’équilibre du corps). Aussi, il régule le sommeil, l’appétit, les émotions, la douleur, la libido etc. De plus, ce réseau entre dans la régulations de certaines fonctions du cerveau telles que la motricité, la cognition, l’apprentissage et la mémoire. 

La transmission synaptique 

Pour qu’une information ou un stimulus arrive au niveau du cerveau,  les neurones se chargent de la transmission. Les neurones sécrètent des neurotransmetteurs qui vont transmettre le message jusqu’au cerveau. A chaque neurotransmetteur son récepteur à l’image d’une serrure qui ne peut être ouverte que par sa clé. Par contre, certaines substances psychoactives ressemblent à des neurotransmetteurs naturels et vont s’y substituer. Cela va perturber le cycle de transmission, ce qui va augmenter ou atténuer les sensations. La nicotine, par exemple, s’attache aux récepteurs de l’endorphine. Le THC, très présent dans le cannabis, se fixe aux récepteurs CB1 du système endocannabinoïde. La morphine, quant à elle, s’attaque aux récepteurs de l’endorphine. 

Prenons l’exemple de la dopamine. Un vide se trouve entre les deux neurones: c’est l’espace synaptique, le théâtre de la transmission. Un premier neurone va sécréter un neurotransmetteur qui va rejoindre les récepteurs du deuxième neurones, en passant par l’espace synaptique. Chaque type de neuromédiateur dispose d’un récepteur bien spécifique. Le cerveau ressent donc une certaine satisfaction: c’est le circuit de récompense.  

schéma transmission neuronale, cbd et sevrage

CBD et le sevrage: les neurotransmetteurs et les addictions 

Nous savons déjà que la dopamine joue un rôle crucial dans le système de récompense. Les substances psychoactives vont activer la libération de dopamine, ce qui va générer du plaisir. L’alcool et la nicotine multiplient par 200 le taux de dopamine, tandis que la cocaïne la multiplie par 400. Pour faire face à cette saturation, les neurones vont réduire le nombre de récepteurs. Les signaux de plaisir vont alors perdre en intensité. Le cerveau, habitué à recevoir une forte dose de dopamine, va ressentir un manque. Il va donc demander une autre dose de substance pour atteindre la sensation de bien-être profond: c’est la dépendance.

Certains récepteurs trop sollicités, vont devenir de moins en moins sensibles. Le cerveau va demander une dose de plus en plus forte de la substance psychoactive. Le consommateur devra donc prendre une quantité toujours plus importante pour atteindre le même niveau de quiétude.  

Un autre neurotransmetteur est aussi en cause dans le processus de l’addiction: le glutamate. Il agit en tant qu’ excitateur des neurones. Les substances addictives bloquent les récepteurs de glutamate. Ainsi, le corps ressent un profond bien-être Si la transmission du glutamate est en suspens, la production continue. Le glutamate s’accumule alors dans l’espace synaptique. Une fois que le corps a éliminé toute la substance, le cerveau sera en hyperactivité, d’où l’irritabilité et les spasmes en cas de sevrage.

Le fonctionnement des substances psychoactives sur le cerveau 

Les substances psychoactives agissent sur certaines zones du cerveau. En effet, elles affectent les fonctions activées par celles-ci: le sommeil, la coordination, la mémoire, les sensations, la douleur, la vision etc. Dans le cas d’une dépendance, c’est le circuit de la récompense qui est affecté. Nous savons déjà que ce réseau met en scène trois types de neurones: dopaminergiques, noradrénergiques et sérotoninergiques. Un dysfonctionnement de l’un d’eux entraîne l’addiction. Le CBD et le sevrage vont aider à restaurer ces zones endommagées par l’addiction. 

Le système endocannabinoïde et les substances psychoactives 

Les substances addictives en masse inondent le système endocannabinoïde. Ainsi, ce dernier n’agit plus efficacement, notamment au niveau du système cérébral. Ce dérèglement se traduit par un dysfonctionnement au niveau des processus neurophysiologiques. Cela peut entraîner des  changements irréversibles  dans le fonctionnement du cerveau, à savoir une réduction de la motivation ou la perte de certaines aptitudes psychomotrices telles que la conduite de voiture. Ils peuvent même affecter l’intelligence. La consommation régulière de THC dès l’adolescence conduit à une réduction de huit points du QI. 

Le CBD et le sevrage: le manque de plasticité 

Des études ont montré un manque de plasticité chez certaines personnes dépendantes. En d’autres termes, leurs neurones n’ont pas la capacité de se réorganiser. Résultat: ils n’arrivent pas  à contrer les différents changements induits par la substance psychoactive. Ce genre de personne cherchera toujours sa dose peu importe les contraintes. Ce besoin peut devenir compulsif et entraîner un trouble. D’après certaines études, le CBD neuroprotecteur contre la formation de substance pouvant altérer cette plasticité.

Le CBD contre les dépendances 

Contrairement aux substances psychoactives, le CBD ne se lie pas aux récepteurs CB1 du système endocannabinoïde. Il n’agit donc pas directement sur le cerveau, ne modifie pas le comportement. De plus, il n’y a aucun risque de dépendance ou d’accoutumance, contrairement à la méthadone. 

CBD et le sevrage: comment l’utiliser? 

Pour le tabac 

femme qui fait un sevrage au tabac

Comme nous le savons, la nicotine, comme toute autre substance psychoactive, bloque la transmission du glutamate. Lorsque le taux de nicotine diminue, le cerveau est en surexcitation. La sensation de bien-être procuré par la nicotine disparaît et les signes du sevrage apparaissent: migraines, irritabilité, troubles du sommeil ou de l’appétit etc. Ces signes persistent pendant les 15 premiers jours de sevrage. Le risque de rechute se multiplie par trois pendant ce laps de temps. 

Le CBD va aider à la production (régulée bien sûr) de dopamine et de sérotonine pour alléger les signes du sevrage et réduire le risque de rechute. Une étude des scientifiques de l’University college London a montré une baisse de consommation de 40% chez les personnes ayant consommer du CBD pendant une semaine. Ils n’ont noté aucun signe de sevrage ou de manque pendant le traitement. 

CBD et le sevrage  du tabac: comment le consommer? 

Le e-liquide reste le moyen le plus efficace pour ceux qui veulent se défaire de la nicotine. Pour cause, il agit en très peu de temps (de quelques minutes à un quart d’heure). Par conséquent, il est parfait pour calmer les migraines ou pour réprimer une envie de cigarette. Autre point positif, il aide à se défaire progressivement de l’addiction au geste (le fait de tirer une bouffée de cigarettes). Vous pouvez vous procurer des e-liquides au CBD. Mais pour un produit plus sûr, vous pouvez fabriquer vous-même votre e-liquide en ajoutant une huile de CBD ou des cristaux de CBD à votre e-liquide habituel sans nicotine. 

Pour l’alcool 

D’après une étude publiée en 2019, le CBD a des effets positifs sur l’alcoolisme. L’expérience a démontré les effets neuroprotecteurs du cannabidiol. En effet, il protège les neurones des effets à long terme de l’alcool. Une étude sur les rats a montré qu’un gel à 5% de CBD a permis de réduire de 48,8% la neurodégénérescence dans le cortex entorhinal. Rappelons que l’alcool produit de l’éthanal, des enzymes toxiques lorsqu’il atteint le foie. Chez les souris, le CBD a aidé à réduire ces intoxications du foie. En activant la libération de dopamine, le CBD a aidé à réduire le stress lié au sevrage et à réduire le besoin d’alcool. Chez l’humain, il n’y a aucune interaction avec les effets subjectifs de l’alcool.

CBD et le sevrage de l’alcool: comment faire? 

L’idéal est de prendre de l’huile de CBD au matin pour réprimer l’envie du premier verre. L’idéal est de mélanger de l’huile de CBD à votre alimentation plutôt qu’une prise en sublinguale. Pour cause, le CBD en sublingual agit vite mais les effets s’estompent rapidement. Mais pris par voie orale, le produit tarde à faire ses premiers effets. Par contre, ceux-ci durent jusqu’à 6h. 

Si vous n’avez pas envie de consommer une grande quantité de produit, les cristaux de CBD sont parfaits pour vous. Pour cause, ce produit est le plus riche en cannabidiol (au moins 98%). Vous pouvez le prendre en sublingual, à déposer sous la langue jusqu’à la dissolution. Il peut aussi se mélanger à votre huile de cuisson ou du beurre pour accompagner vos préparations. 

Pour la drogue 

Le cannabis doit son effet psychoactif à sa forte concentration de THC. Comme nous le savons, le tétrahydrocannabinol est un cannabinoïde qui se lie directement aux récepteurs CB1 du système endocannabinoïde. Comme il est également un cannabinoïde, le CBD est le meilleur moyen de décrocher avec la drogue. Pourquoi? Parce que le cannabidiol reproduit les effets relaxants et apaisants du THC mais sans les effets secondaires. 

De plus, le CBD reste un produit légal contrairement au cannabis et son THC. Mais pour cela, il faut que le produit ne contienne aucune trace de THC et que la plante ne dépasse pas les 0,2% de THC. 

CBD et le sevrage de la drogue

main d'homme qui tient un sachet de drogue, cbd et sevrage de la drogue

CBD et sevrage de la drogue, comment faire? Il existe différentes manières de consommer du cannabidiol pour arrêter la drogue. La e-cigarette au CBD est la meilleure méthode si vous avez l’habitude de fumer du cannabis. Pour des effets plus longs, optez pour le cbd par voie orale: gélules, aliments au CBD, cristaux et huile. 

On l’aura compris, le CBD et sevrage vont de paire, que ce soit le tabac, l’alcool ou la drogue. Il régule la production de dopamine pour inhiber les signes de sevrage et réduire les risques de rechute. S’il aide au sevrage, est-ce une bonne idée de mélanger CBD et addictifs?

Articles similaires

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page