Interviews

CBD Marketplace: le choix pour les consommateurs et les marques

Fort de son expérience avec le marché du CBD Suisse, Nicolas Guilhem ouvre son site de vente de cannabidiol en France : CBD Marketplace. Un endroit où consommateurs et marques trouvent leurs bonheurs.

Une envie incessante de bouger

Nicolas Guilhem de CBD MarketPlace

J’ai intégré le monde professionnel en tant que vendeur dans le domaine de la menuiserie et du double vitrage. C’était de la vente directe auprès des particuliers. J’ai travaillé dur et j’ai gravi les échelons. Je suis alors passé de vendeur à directeur d’agence et j’ai fait ça pendant dix ans. Mais je suis quelqu’un qui aime le changement et qui ne peut pas s’empêcher de bouger.

J’ai eu ensuite envie d’un nouveau départ alors, il y a sept ou huit ans, j’ai tout quitté. J’ai quitté la France et mon sud natal pour partir vivre en Suisse. C’était un pays que je ne connaissais pas, c’était nouveau pour moi, tout ce dont j’avais besoin. Je me débrouillais bien dans la vente mais je ne me suis pas lancé tout de suite dedans lorsque je suis arrivé en Suisse. Je me suis retrouvé par pur hasard dans le monde de l’hôtellerie et j’y suis resté pendant 2 ans. Mais il faut dire que la vente me manquait un peu. Rires. Je suis entré dans une agence de communication digitale où je vendais des produits de communication digitale: sites web, référencements google etc.

C’est moi qui aie conçu le site comme je voulais approfondir mes compétences en développement informatique. J’ai appris quand j’étais dans le monde de la communication digitale. Et j’ai aussi dû mettre la main à la pâte quand on a créé Queen CBD. Mon ami et associé m’a montré les rouages du développement informatique et ce dont il était capable, alors on a évolué dessus. J’ai ensuite décidé que je voulais aller plus loin avec ce langage. Du coup, j’ai suivi une formation en développement web de 12 mois à côté

Queen CBD

Et puis, le cbd est arrivé en Suisse après un grand engouement aux Etats-Unis. C’était tout nouveau, tout frais ou surtout ça venait d’être légalisé. Le taux de THC maximum autorisé en Suisse à cette époque était de 1%. C’est lorsque le premier CBD Shop a ouvert ses portes en Suisse que nous avons découvert cette molécule aux mille vertus. Comme tous les curieux, on en a acheté et on a essayé.

Avec un voisin on a décidé de se lancer aussi dans le business. On a eu la chance de découvrir le CBD dans les meilleures conditions. On a donc mis plusieurs mois à nous renseigner, à découvrir toutes les gammes existantes. En 2017, notre site Queen CBD était opérationnel. Nous vendions des produits de notre marque ou du moins nous achetions en gros auprès de producteurs et nous vendions dans notre propre packaging.  Nous avons alors créé notre site web et on a créé notre marque qui s’appelait Queen CBD (2017-fin 2019).   On a continué ce business sur deux ans.

Le retour aux sources et la naissance de CBD Marketplace

Mais j’ai eu besoin de retrouver mes sources, de revenir dans mon Sud natal. Il faut dire que ça commençait à me peser d’être loin de mes proches. J’ai donc mis les voiles et je suis retourné chez moi pour soutenir ma famille après cinq années d’absence. Quelques mois plus tard, mon associé et moi avons décidé d’arrêter Queen CBD et de créer chacun son affaire. Ça nous arrive de travailler ensemble quelque fois sans pour autant être partenaires.

C’est là que m’est venue l’idée de créer CBD Marketplace. J’avais déjà du recul avec le marché suisse, je voulais donc tâter le marché français. J’avais une idée sur comment développer le marché en France. Mon objectif était clair : faire connaître le cbd aux gens qui ne le connaissent pas mais qui voudraient s’y mettre et satisfaire ceux qui veulent ce produit.  

Je voulais proposer tout ce qui se faisait de mieux sur le marché sur un seul et même site pour que les gens n’aient pas à consulter les avis de droite à gauche pour se procurer du CBD. Pendant deux ans, j’ai eu le temps d’analyser le secteur, de voir comment ça évoluait, d’identifier le besoin des gens. Si vous n’avez qu’un seul produit, les gens auront vite fait le tour. Mais si vous leur proposez une multitude de choix, ils n’en seront que ravis. Les gens aiment avoir le choix. Et ça se comprend. Même moi, étant consommateur, je recherche toujours la diversité. Et ça se voit d’ailleurs dans le comportement des acheteurs. Les consommateurs n’achètent jamais leurs produits sur un seul site, ils aiment le changement. Ils vont aller voir des blogs comme Cannabis cbd info pour voir s’il y a des nouveaux produits, de nouvelles marques etc.

Cbd market Place a été mis en ligne au mois de septembre 2020. Je n’aurais jamais la prétention de dire que c’est THE place to be pour acheter du CBD. Mais si vous voulez avoir le maximum de choix, c’est là qu’il faut aller. CBD Marketplace c’est aujourd’hui 1360 références.

Une opportunité pour les professionnels aussi

J’ai créé CBD Marketplace pour les consommateurs, certes, mais pas que. Je l’ai créé aussi pour les professionnels. Je travaille aujourd’hui avec une quarantaine de pros. C’est encore plus bénéfique pour nous de pouvoir travailler main dans la main.

Comment ça fonctionne ? On fait des propositions de partenariats aux marques. On leur donne la possibilité de choisir. Ils peuvent s’inscrire sur notre site en tant que vendeur et s’occuper de tout ce qui est logistique. Mais nous nous occupons uniquement du back office (référencement etc). Ou ils nous envoient les images, les descriptions etc. et c’est nous qui intégrons leurs produits sur notre marketplace et c’est nous qui nous occupons de tout.

CBD Marketplace compte pas mal de grandes marques comme CBDeau qui a plus de 150 magasins. Mais nous avons aussi des marques peu connues qui font très bien leur job et dont les clients sont très satisfaits. Comme on m’a donné ma chance aussi un jour, je me dis que tout le monde le mérite aussi. Du moment qu’on s’entend bien et qu’on peut travailler main dans la main.

Le cannabis, une plante qui me tient à cœur

C’est une plante que je porte dans mon cœur depuis toujours. C’est tellement merveilleux de pouvoir résoudre de nombreuses choses avec une seule plante. Le chanvre peut nourrir le bétail, on peut faire du tissu etc. On laisse de côté quelque chose qui peut résoudre tellement de problèmes. J’en ai d’ailleurs planté chez moi. Pas sur un ha mais deux ou trois plants, pour connaître la plante.

Des membres de ma famille se sont aussi mis au CBD parce qu’ils étaient stressés ou anxieux, avec cette sensation d’oppression thoracique ou qu’ils avaient des problèmes de sommeil. Et quand ils me disent que ça  leur faisait du bien, j’ai le sourire aux lèvres. Je me dis que je ne me suis pas trompé tout ce temps.  Idem pour les clients qui me rappellent et qui me disent que mes produits les aidaient. Il y a avait une dame qui m’a rappelé après avoir passé commande pour me dire que ça avait soulagé des douleurs chroniques qui datent de plusieurs années. Ça n’a pas été le miracle mais ça l’a fortement aidé. Et ça me fait chaud au cœur.

J’ai déjà eu des retours négatifs disant que le produit ne marchait pas. Je lui ai posé des questions sur le dosage. Il s’est avéré que cette personne avait peur du surdosage et n’en prenait donc que très peu. Je lui ai donc conseillé d’en prendre un peu plus pour voir la différence. La personne m’a fait un retour très positif une semaine après.  

Nicolas Guilhem qui tient deux flacons d'huile de cbd

La législation française, ça va évoluer

Cette législation floue autour du cbd en France, c’est bien dommage. Mais c’est toujours comme ça au début. Aussi, ça se comprend. Après 100 ans de prohibition de cette plante, on ne va pas l’accueillir à bras ouverts tout de suite et arriver à tout accepter d’un coup. Mais depuis un ou deux ans, on voit les mentalités  qui évoluent en France. Les gens se rendent compte que le CBD ce n’est pas un psychotrope.

Et je le vois sur CBD Marketplace. J’ai, par exemple, des clients qui sont à la retraite qui m’achètent des huiles. Si les gens en ont besoin et que ça leur fait du bien, je ne vois pas pourquoi il faut le leur interdire. Il faut que cette situation évolue au niveau de l’Etat. Je vois qu’il y a des associations qui luttent bec et ongles pour le CBD et je trouve ça très bien.

Mais ça ne m’a pas empêché de me lancer dans le business. Pourquoi ? Parce que ça a toujours été comme ça, on va évoluer, j’en suis sûr. Il y a eu des professionnels qui sont dans le domaine avant moi qui ont eu des soucis avec la justice, mais qui ont finalement eu gain de cause. Quand vous avez l’Europe qui dit à la France qu’elle ne peut pas interdire la vente de CBD, vous avez déjà  gagné la guerre.

Le petit mot de la fin

Je dirais aux gens qui hésitent encore à prendre du CBD  d’en parler à leur médecin, il pourra les conseiller parce qu’il est le mieux placé pour en parler. Malgré tout, c’est bien dommage qu’il n’y ait pas beaucoup d’études sur le sujet. Mais je suis sûr que ça viendra.  Essayez et vous verrez par vous-même. Ça peut marcher ou pas sur vous, mais vous ne le saurez jamais si vous n’essayez pas.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page