Actualitéslégislation

Quels sont les atouts et les points faibles du CBD en République tchèque ?

Le secteur tchèque du CBD est en plein développement. Une tendance qui s’explique par des crédits accordés aux vertus thérapeutiques de la molécule. D’ailleurs, le secteur du cannabis médical se trouve aussi sur la bonne voie, malgré la persistance de mesures de restrictions. Il faut savoir que depuis de nombreuses années, la République tchèque s’est imposée comme la capitale des recherches sur le cannabis. Les activités commerciales liées à la plante vont aussi crescendo.

Le CBD en plein essor malgré les restrictions

En République tchèque, le LA de l’histoire du CBD est donné en 2015. Le pays a effectivement légalisé la production et la vente de produits à base de cannabidiol. Depuis, des avancées majeures se constatent, malgré la persistance des mesures restrictives.

Des restrictions légales

Les produits CBD en vente dans la République tchèque sont soumis à des restrictions légales. Celles-ci portent par exemple sur la teneur en THC : Elle doit être inférieure ou égale à 0,3 % (du poids sec). Le ministère tchèque de la santé est très à cheval, quant au respect de cette règle. Gabriela Štěpanyová, porte-parole du ministère indique :

« La loi ne permet pas aux individus d’acquérir des substances addictives et des préparations les contenant autrement que sur la base d’une prescription ou dans le cadre d’une hospitalisation ».

Des distributeurs automatiques de CBD

distributeur automatique de cbd

Vers la fin de l’été 2020, la République tchèque comptait déjà quelque 50 distributeurs de CBD. Des dispositifs qui pullulent surtout dans les grandes villes tchèques.

Déploiement progressif

Le déploiement des machines à CBD tchèques se fait de manière progressive. Pour l’heure, elles se trouvent dans les grandes villes comme Prague, Olomouc, Ostrava, ou encore en Moravie du Sud. Au fil du temps, le reste du pays pourra également en être doté. L’idée d’installer ces distributeurs de CBD dans les aéroports, les salles de sport, les hôtels… fait aussi son chemin.

Un catalogue CBD plutôt restreint

Les distributeurs automatiques de CBD proposent un large choix de produits. Pour l’heure, on parle surtout de « produits de base » : bourgeons CBD, huiles CBD, huiles de chanvre, désinfectants à base de chanvre… René Siry, directeur général du projet, prévoit néanmoins d’étendre le catalogue dans un futur proche :

« L’entreprise espère pouvoir proposer une gamme plus large de produits CBD aux effets sédatifs, antioxydants, analgésiques et anti-inflammatoires ».

Il faut toutefois dire que le prix n’est pas donné. Il faut par exemple compter 28 euros (750 CZK), pour se procurer quelque 3 g de fleurs de chanvre.

Suivre le modèle américain ?

Les Tchèques accueillent favorablement les distributeurs CBD. Beaucoup parlent d’une initiative louable. Pour autant, René Siry joue la carte de la modestie. Il affirme effectivement ne pas être un pionnier en la matière. Allusion faite aux e-shops qui proposaient déjà depuis longtemps des produits CBD.

En réalité, René Siry aspire à marcher sur les pas des entrepreneurs CBD américains et canadiens. Les distributeurs CBD dans ces deux pays présentent effectivement un catalogue résolument riche. Barres de bonbons CBD, boissons alcoolisées et infusées au CBD, mais aussi des savons CBD, des serviettes hygiéniques CBD… Dans un avenir proche, René Siry songe à installer des distributeurs de coussinets CBD, dans les hôtels. En effet, ce type de produit est très efficace pour atténuer les désagréments liés au décalage horaire.

La République tchèque à la traîne

Ces distributeurs automatiques traduisent une avancée majeure de la République tchèque, en matière de CBD. Néanmoins, comparé à des pays voisins comme l’Autriche ou la Pologne, le pays a encore du chemin à faire. Les restrictions au niveau des législations constituent effectivement un frein au déploiement en masse de ces distributeurs CBD. Selon une indication claire sur l’emballage, il faut par exemple être 18 ans et plus pour être servi. Le mode d’emploi stipule également qu’aucun des produits CBD n’a vocation à être fumé. René Sirý confirme :

« Concernant la consommation, nous écrivons qu’il n’est pas possible de fumer le cannabis, mais seulement de l’utiliser pour la vaporisation ou comme onguent ».

Le chanvre industriel au service du CBD

fleur de cannabis vu à travers une loupe

La République tchèque assimile aussi le chanvre riche en CBD à un produit industriel. Dernièrement, on assiste à une série d’assouplissements des législations le concernant. Il est par exemple autorisé d’importer des produits à base de chanvre CBD cultivés ou transformés dans un pays tiers. Cette politique progressiste a surtout valu au pays, le statut de leader mondial en matières de produits infusés au chanvre. Parmi eux, on note des compléments alimentaires et des produits cosmétiques. Ces derniers voient d’ailleurs leur popularité augmenter d’année en année. Les huiles chanvre CBD suscitent également un engouement accru.

Le secteur du cannabis médical en proie à des soucis majeurs

Depuis 2013, le cannabis médical est prescrit en tant que médicament en République tchèque. Une réforme qui s’inscrit dans la logique des choses. En effet, une étude récente révèle qu’environ 800 000 personnes ont déjà utilisé le cannabis à des fins médicales.

La pénurie

Depuis 2013, le secteur tchèque du cannabis médical est sujet à une pénurie. Les grandes marques ne se bousculent pas non plus pour approvisionner le pays. A l’heure actuelle, la prescription médicale est cantonnée à deux médicaments à base de cannabis, à savoir le Sativex et le Dronabinol. Les médecins rechignent à les prescrire. Rien d’étonnant puisque l’opération nécessite de longues démarches administratives.

De multiples restrictions

Le secteur du cannabis médical souffre aussi de multiples restrictions. Il faut par exemple avoir plus de 18 ans pour se voir prescrire des médicaments à base de cannabis. En 2018, un peu plus de 155 patients ont pu se les procurer auprès des pharmacies. Pour ne rien arranger, les fleurs séchées de chanvre sont rationnées à 180 g par personne auprès des boutiques CBD.

Babiô dans le rôle de sauveur

Andrej Babis

Andrej Babis, Premier ministre se veut rassurant quant au secteur du cannabis médical en République tchèque. Il promet de faire bouger la ligne dans les meilleurs délais. A l’horizon 2028, environ 200 000 Tchèques bénéficieront par exemple de traitement à base de cannabis. Quelque 76 millions de grammes de cannabis seront alors nécessaires. Le projet de Babiô inclut même la légalisation de la culture de cannabis médical CBD à domicile pour les patients. De même, l’exportation de la substance sera légalisée d’ici 2024, avec l’ambition de diminuer le prix des médicaments à base de cannabis. Enfin, le Premier ministre prévoit aussi de les inscrire dans la liste des médicaments remboursés par l’Etat.

En conclusion, le secteur du CBD est plutôt au beau fixe en République tchèque. Rien d’étonnant dans un pays qui a adopté, depuis 1993, des lois progressistes sur une longue liste de drogues et stupéfiants. Si la production et la commercialisation demeurent illégales, la possession et la consommation sont autorisées. En ce qui concerne le cannabis, il est autorisé de détenir jusqu’à 15 g et cultiver jusqu’à 5 plantes. Un schéma qui ne manque d’ailleurs pas de donner du fil à retordre à la Brigade des stupéfiants. Quoi qu’il en soit, en matière de CBD, la République tchèque a encore des progrès à faire, pour s’aligner à ses voisins, notamment la Pologne et l’Autriche.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page