Science & Etudes

Autisme : Des preuves irréfutables de l’efficacité du CBD !

Le CBD s’avère être efficace pour traiter l’autisme, du moins les principaux symptômes de TSA (Trouble du spectre autistique). Une maladie handicapante qui prive carrément le patient de toute notion de vie sociale. Elle se matérialise effectivement par des conditions neurocomportementales pour le moins complexes. Le patient se retrouve sujet à des troubles des comportements relatifs à une difficulté à communiquer avec son entourage. Il présente aussi des symptômes comorbides, en l’occurrence de l’agression, l’hyperactivité et l’anxiété. Face au succès limité des techniques de traitement existants, bon nombre de chercheurs prônent le recours au CBD. Le succès de l’Epidiolex est pour beaucoup dans cette idée naissante.

Des preuves irréfutables de l’efficacité du CBD

silhouette du visage d'un enfant avec une image de feuille de cannabis dessus

Des études récemment menées ont permis d’évaluer le potentiel thérapeutique de la CBD, dans le traitement de l’autisme. La molécule serait d’une grande aide pour gérer les symptômes du TSA. Cette expérience a également montré le caractère déterminant du rapport CBD:THC.

CBD:THC à 30:1,5

Une étude datant de 2018 a confirmé l’efficacité du cannabis médical CBD dans la gestion des troubles TSA. D’une durée de 6 mois, elle portait sur 188 patients. Les chercheurs ont utilisé l’huile de cannabis thérapeutique, avec rapport CBD:THC à 30:1,5.

Les résultats se sont révélés prometteurs : 30 patients ont vu leurs symptômes s’atténuer de manière significative. L’amélioration s’est néanmoins révélée modérée chez 54 patients. A noter que 25 patients ont été sujets à un effet secondaire : ils étaient en proie à une légère agitation.

CBD: THC à 20:1

Une autre expérience a misé sur le rapport CBD:THC à 20:1, pour traiter les TSA. Elle portait sur 60 enfants autistes. Les résultats sont sans appel : tous les patients ont vu s’alléger leurs troubles du comportement. Quelque 39 patients souffrant d’anxiété et de problèmes de communication, ont également connu une amélioration notable. Même résultat chez 29 patients, lesquels sont devenus beaucoup moins agressifs, à l’issue de l’expérience.

Zynerba vs X fragile & CDKL5

Un essai clinique mené en 2018 prête aussi au CBD un potentiel médicinal certain, dans le traitement de l’autisme. Utilisant le Zynerba (médicament à base de CBD), il portait sur des patients, lesquels ont été classés en deux catégories. D’un part, on a des individus souffrant du syndrome de l’X fragile, et de l’autre, des sujets en proie au trouble de déficience CDKL5.

Les résultats ont été prometteurs. En effet, les enfants du premier groupe sont devenus moins anxieux. Leurs troubles du comportement se sont nettement améliorés. Même résultats dans le second groupe, où les enfants ont vu leurs crises s’atténuer de façon notable. Enfin, la prédisposition des enfants à l’apprentissage s’est aussi améliorée. Leur niveau de sociabilité a également évolué dans le bon sens.

Concrètement, comment agit le CBD ?

En référence aux résultats des études menées, les chercheurs ont pu se faire une idée précise de l’action du CBD chez les autistes. Leur conclusion souligne le blocage des récepteurs cannabinoïdes CB1 et CB2, par la molécule. Une action qui a pour effet premier de soulager les crises d’épilepsie, mais aussi de l’amélioration de la mémoire. Ce double effet est d’ailleurs confirmé, au terme d’une étude Nature Medicine réalisée en 2013. Pour couronner le tout, il s’avère que le cerveau compte beaucoup plus de récepteurs CB1 que de CB2. Ces derniers seront en revanche activés par le THC, lequel se retrouve à une infime quantité dans un produit CBD. Cet amorçage a pour effet de soulager d’éventuelle inflammation au niveau du système digestif.

Par ailleurs, les chercheurs ont aussi tenu compte d’une étude datant de 2020 sur des souris, pour confirmer le rôle du CBD dans le traitement de l’autisme. Ils ont notamment relevé qu’une prise prolongée de cannabidiol se solde par une déformation de la méthylation au niveau de l’ADN. Or, celle-ci se trouve justement dans le pan de génome correspondant aux troubles liés à l’autisme. Pour les chercheurs, ce changement peut très bien être l’explication à l’amélioration des comportements et à l’atténuation des crises relatives à l’autisme.

Des éléments à savoir sur l’Epidiolex

Produit epilodex tamponné approuvé par la FDA

L’idée de traiter l’autisme avec des médicaments à base de CBD semble encore utopique. En effet, seul l’Epidiolex a pour l’heure l’aval de la FDA (Food and Drug Administration). Un médicament, dont l’efficacité dans le soulagement des crises liées à l’autisme, n’est plus à faire. Ses effets bénéfiques sont également avérés sur deux formes graves d’épilepsie, à savoir le syndrome de Dravet et celui de Lennox-Gastaut. Néanmoins, à l’heure actuelle, l’Epidiolex ne peut être prescrit que pour les seuls patients sujets à la sclérose tubéreuse.

Heureusement, GW Pharmaceuticals, à qui l’on doit l’Epidiolex, est sur le point de boucler un essai clinique sur le syndrome de Rett. Il s’agit d’une énième affection neurodéveloppementale relative à l’autisme. Les chercheurs sont en train de faire des expériences sur tout un lot de médicaments à base de CBD. Ils ont comme objectif principal de mettre au point la pilule miracle pour soulager les crises, tout en allégeant les problèmes cognitifs et comportementaux.

Enfants autistes et CBD : la prudence est de mise

Des enfants autistes traités au cannabis CBD… Une idée qui suscite une levée de bouclier auprès de l’opinion public. Rien d’étonnant, puisque le plus grand nombre fait surtout référence aux effets néfastes de la marijuana sur les adolescents. Certains scientifiques parlent d’effets négatifs à long terme au niveau de la cognition. D’autres insistent néanmoins sur la quantité infime de THC dans les produits CBD. Une dose qui permet une utilisation sur des enfants en bas âge atteints d’autisme.

Bien choisir ses produits CBD

Pour éviter des risques d’intoxication chez les enfants autistes, mieux vaut bien choisir ses produits CBD. Une démarche qui consiste à s’en tenir à des points de vente fiables. Certains vendeurs peu scrupuleux proposent effectivement des articles avec un taux de THC bien au-delà de la limite autorisée de 0,2 %. Une étude JAMA datant de 2017 révèle que 21 % des produits CBD sur le marché seraient concernés. Quoi qu’il en soit, un tel produit exposerait les enfants en bas âge à des déconvenues liées à l’altération des facultés.

Cette même enquête JAMA a également mis la lumière sur des pratiques frauduleuses concernant la teneur en CBD. Quelques 30 % des produits testés afficherait une teneur en cannabibiol surévaluée. Les auteurs de l’étude évoquent un écart de concentration de l’ordre de 10 %. Sur ce point, l’édition 2020 de l’Académie américaine de neurologie a pointé du doigt certains produits CBD dits « artisanaux ». Disponibles en ligne ou dans des boutiques spécialisées en produits diététiques, ils ne répondraient à aucune des normes de qualité pharmaceutique.

Précision sur l’incontournable Epidiolex

Au terme des essais cliniques de l’Epidiolex, la FDA n’a pas manqué d’émettre une mise en garde. La Fondation a effectivement précisé que ce médicament est susceptible de provoquer une montée soudaine des enzymes hépatiques. Il s’agit là d’un symptôme caractéristique d’une lésion au niveau du foie. Le risque serait à son comble, pour les patients prenant conjointement le valproate (destiné à soulager les crises d’épilepsie) et l’Epidiolex.

En conclusion, le CBD a bel et bien son rôle à jouer dans le traitement de l’autisme. La molécule se prête d’ailleurs à une utilisation sur des enfants en bas âge. De nombreuses études lui attribuent une efficacité certaine dans l’allègement de l’anxiété, de l’hyperactivité, ainsi que d’autres troubles comportementaux relatifs à l’autisme. Néanmoins, d’autres études sont nécessaires pour prendre la mesure des effets à long terme de CBD sur les utilisateurs. A ce stade, les chercheurs peinent encore à déterminer les effets réels des substances actives du chanvre CBD sur le cerveau. Une clarification qui est d’autant plus indispensable, quand il s’agit de traiter des enfants et adolescents autistes. Le mieux est donc de consulter un expert neuropsychiatre, avant d’envisager un traitement au cannabidiol.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page