Le monde du CBDLifestyle

Découvrez le CBG – Cannabigerol et ses effets uniques !

Parmi toutes les abréviations comme le CBD, le CBN, le CBG et le THC, il est facile de s’y perdre. Pourtant, ces termes ont deux choses en commun. Premièrement, ils sont tous présents dans le cannabis. Deuxièmement, ils proviennent tous d’une même molécule appelée CBG, et même du CBGA, l’acide cannabigérolique, également connu sous le nom de « mère de tous les cannabinoïdes ».

Le CBG en bref

L’acide cannabigérolique, ou CBGa, est un phytocannabinoïde qui a été isolé en 1964. Il s’agit de la forme acide du CBG. Sa découverte a contribué à améliorer notre compréhension des transformations chimiques naturelles qui se produisent dans le cannabis au niveau des cannabinoïdes. Le CBGA est très présent dans le cannabis lorsqu’il est jeune, mais sa concentration diminue à mesure que la plante vieillit. En effet, il se transforme progressivement en tétrahydrocannabinol (THC) et/ou en cannabidiol (CBD). À maturité, il ne reste généralement qu’environ 1 % de CBG naturel dans la plante de cannabis.

La transformation du CBGA en CBG se produit grâce à un processus chimique appelé décarboxylation, qui est déclenché par la chaleur. Ce processus élimine une molécule de dioxyde de carbone (CO2) et convertit le CBGA en CBG. Le CBG est donc beaucoup plus rare que le CBD, ce qui le rend plus précieux et plus cher.

CBD et CBG (Cannabidiol et Cannabigerol)

Pour mieux comprendre les spécificités du CBG, il est intéressant de le comparer à une molécule plus connue, le CBD. Cela nous permettra de mettre en évidence leurs similitudes, mais aussi de mieux appréhender les particularités du cannabigerol et les pistes thérapeutiques qu’il offre.

CBG et CBD — Points communs

Le CBD et le CBG ont en commun d’être des cannabinoïdes dérivés du chanvre. À la fois le CBD et le CBG sont non psychoactifs et légaux. Ils peuvent être commercialisés sous différentes formes, que ce soit en fleur, en huile, en gélules, en pastilles, etc.

Cependant, ils agissent différemment et déclenchent des réactions distinctes au niveau des récepteurs et du système endocannabinoïde.

cannabigerol

Rappel : Le système endocannabinoïde

Les cannabinoïdes interagissent avec un système complexe appelé système endocannabinoïde (SEC) situé dans le système nerveux central. Le corps produit naturellement une famille de neurotransmetteurs appelés endocannabinoïdes, qui interagissent avec des récepteurs présents dans le cerveau, les muscles, la graisse et le tube digestif. Ces récepteurs sont connus sous le nom de récepteur cannabinoïde de type 1 (CB1) et de récepteur cannabinoïde de type 2 (CB2).

Le système endocannabinoïde joue un rôle essentiel dans la régulation de processus physiologiques tels que le sommeil, l’appétit, la douleur, l’humeur et la sexualité. Le CBD et le CBG activent ces récepteurs et induisent des réactions physiques et psychologiques, de manière directe ou indirecte.

CBD et CBG — Différences

Alors que le CBD fait actuellement l’objet de nombreuses recherches internationales, les études sur le CBG sont plus limitées. Cependant, les quelques recherches menées sur le CBG ont mis en évidence ses spécificités.

Alors que le CBD agit principalement sur les récepteurs endocannabinoïdes de type CB2, le CBG agit à la fois sur les récepteurs CB1 et CB2. Cette double affinité laisse penser que le cannabigerol a un spectre thérapeutique potentiellement plus large et pourrait être utilisé dans de nombreux traitements, tels que la prise en charge des problèmes liés au côlon.

CBG et THC

Le THC est sans aucun doute le cannabinoïde issu du cannabis le plus connu du grand public, contrairement au CBG. Cependant, si le THC est consommé principalement pour ses effets psychoactifs, le CBG, lui, ne provoque pas d’euphorie ou d’effets psychoactifs similaires.

De plus, le THC et le CBG n’interagissent pas de la même manière avec le système endocannabinoïde. Alors que le cannabigerol (CBG) peut se lier aux récepteurs CB1 et CB2, le THC se lie uniquement aux récepteurs CB1. Cette différence laisse supposer que le cannabigerol a un champ thérapeutique plus étendu et qu’il offre potentiellement un plus grand nombre d’applications thérapeutiques.

CBG — Cannabigerol et CBN

Le CBG et le CBN (Cannabinol) sont les deux cannabinoïdes qui suscitent de plus en plus d’intérêt dans la recherche. Néanmoins, ils ont des caractéristiques distinctes. Le CBN est en quelque sorte un dérivé du THC. En effet, le CBN est obtenu par l’oxydation prolongée du tétrahydrocannabinol à la lumière et à l’oxygène. Cette exposition à la lumière favorise la production de plantes riches en CBN et pauvres en THC. Il est donc évident que la concentration de CBN dépend des facteurs environnementaux plutôt que des facteurs génétiques. En revanche, le cannabigerol est le résultat d’un processus normal et naturel de la plante, et on ne trouve généralement qu’environ 1 % de CBG naturel dans le cannabis.

cannabigerol

Huile de CBG

Le CBN est souvent associé à l’amélioration du sommeil. Il agit principalement sur les récepteurs endocannabinoïdes de type CB1. En revanche, le CBG affecte à la fois les récepteurs CB1 et CB2. Encore une fois, cette différence laisse supposer que le CBG a un champ thérapeutique potentiellement plus large et qu’il offre potentiellement un plus grand nombre d’applications thérapeutiques.

Le CBD, le CBN et le THC sont tous trois présents dans le cannabis, mais contrairement au CBG, ils se trouvent en plus grandes quantités. En revanche, le pourcentage de CBG est d’environ 1 % seulement. Cela signifie qu’il faut une grande quantité de chanvre et de matière végétale pour obtenir du CBG. Cela rend le CBG plus précieux et coûteux que les autres cannabinoïdes, car une plus grande quantité de matière végétale est nécessaire pour extraire la même quantité de CBG. Ce facteur est important, car il influence directement le nombre de recherches consacrées au CBG — cannabigerol. Bien que ces recherches soient encore limitées, elles ont néanmoins mis en évidence différents avantages qui pourraient contribuer à une meilleure prise en charge de problèmes de santé.

CBG — cannabigerol — quels bénéfices ?

Le CBG, un régulateur ludique

CBG et l’appétit : Éveillez vos papilles !

Le CBG est connu anecdotiquement pour provoquer des fringales, et il joue un rôle manifeste dans la régulation de l’appétit. Les récepteurs CB1 du système endocannabinoïde sont largement présents dans les régions du cerveau qui contrôlent l’apport alimentaire, la sensation de satiété et l’équilibre énergétique.

Une étude a démontré que le CBG favorisait l’appétit en augmentant la fréquence des repas et en diminuant le temps avant de s’alimenter. Cela ouvre de nouvelles perspectives pour les personnes souffrant de troubles alimentaires ou de problèmes de régulation du poids. Le CBG est actuellement étudié pour son utilisation potentielle dans la cachexie, une fonte des tissus adipeux et musculaires qui peut survenir dans le cadre de certains cancers du pancréas ou de l’estomac.

CBG et humeur : Souriez, le bonheur est là !

L’anandamide, surnommée la « molécule du bonheur », est un neurotransmetteur cannabinoïde naturel présent dans le cerveau. Le CBG a la particularité de stimuler la production d’anandamide, favorisant ainsi sa présence dans les synapses et contribuant à la régulation de l’humeur. En inhibant les enzymes qui décomposent l’anandamide, le CBG augmente les niveaux de cette molécule et renforce ses effets bénéfiques sur l’homéostasie et l’humeur.

CBG et sommeil : Dodo les petits, dodo !

Le CBG et son effet sur l’anandamide ont également un impact sur la qualité du sommeil. En augmentant le taux d’anandamide dans les synapses, le CBG réduit la production de cortisol, une hormone liée au stress. Cela améliore les différentes phases du sommeil, favorise l’endormissement et contribue à une meilleure qualité du sommeil. Un sommeil de qualité est essentiel, car le manque de sommeil peut entraîner des complications telles que des sautes d’humeur, mais aussi des problèmes de santé plus graves comme l’hypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires.

CBG et effet anti-inflammatoire : Adieu l’inflammation !

Tout comme le CBD, le CBG présente des propriétés anti-inflammatoires significatives, offrant de nouvelles perspectives en matière de prise en charge thérapeutique.

CBG et Syndrome de l’Intestin Irritable (SII) : Apaisez vos intestins !

Le CBG a été testé pour le Syndrome de l’Intestin Irritable (SII), l’un des syndromes inflammatoires les plus répandus. Des études ont démontré que le CBG réduisait fortement l’inflammation et la production de monoxyde d’azote, renforçant ainsi le système immunitaire et contribuant à une meilleure régulation artérielle. Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives pour les personnes atteintes de SII qui cherchent des solutions naturelles pour réduire l’inflammation.

Huile de CBG : Un allié précieux

CBG et Glaucome : Regardons vers l’avenir

Le cannabigerol a été étudié pour son utilisation dans le traitement du glaucome, une maladie dégénérative qui affecte le nerf optique et peut entraîner une diminution progressive du champ de vision. Des études sur des chats atteints de glaucome ont montré que le CBG permettait de réduire la pression oculaire, une première étape pour ralentir, voire arrêter, la progression de la maladie. Des tests plus approfondis sont en cours pour valider l’efficacité du cannabigerol dans le traitement du glaucome.

CBG et action anti-tumorale : Combattez le cancer !

Des études précliniques ont montré que le cannabigerol favorise l’apoptose (autodestruction des cellules suite à un signal) et réduit la prolifération des cellules cancéreuses. Il a été particulièrement étudié pour le cancer du côlon et le cancer du sein, avec des résultats prometteurs. Des rapports préliminaires d’études suggèrent également que le CBG et le CBGa (forme acide du CBG) pourraient être efficaces dans les traitements contre le cancer de l’estomac et des os. L’effet entourage des cannabinoïdes, combinant différentes molécules comme le CBG et le CBD, offre de nouvelles pistes thérapeutiques pour optimiser les résultats des traitements.

Huiles CBG : Un trésor rare

Le CBG est un cannabinoïde rarement présent en grande quantité dans le chanvre par rapport au CBD ou au THC. Son extraction est plus difficile et coûteuse que celle du CBD. Pour obtenir la même quantité de CBG ou de CBD, il faut une différence de volume de matière végétale de chanvre de l’ordre de 1 à 10. Ainsi, le cannabigerol est plus précieux et coûteux, atteignant des prix similaires à ceux d’un lingot d’or.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page