étudeLe monde du CBDSanté

CBGV : Un aperçu des effets et de son origine

Bien que le THC et le CBD soient les plus connus, le cannabis contient en réalité plus de 100 types de cannabinoïdes différents. L’un de ces composés est la cannabigerovarine (CBGV), un cannabinoïde non psychoactif qui suscite l’intérêt pour ses effets potentiels sur la régulation des processus neurologiques. La cannabigerovarine interagit avec les systèmes de signalisation du cerveau, ce qui en fait un sujet d’étude prometteur dans le domaine médical.

Qu’est-ce que la CBGV ?

La cannabigerovarine (CBGV) est un cannabinoïde présent naturellement dans le cannabis, sa structure étant similaire à celle du cannabigérol (CBG).

On retrouve la cannabigerovarine dans les fleurs de cannabis, bien que souvent en proportions inférieures comparé au CBD et au THC, selon la variété. Il est également présent dans les extraits de CBD à spectre complet, bien que les concentrations puissent varier.

Différences entre CBGV, CBD et THC

CBGV vs CBD (cannabidiol) 

La cannabigerovarine et le cannabidiol CBD sont tous deux non psychoactifs, mais ils interagissent différemment avec le système endocannabinoïde. Contrairement au CBD, dont les effets thérapeutiques sont bien documentés, les spécificités des interactions de la cannabigerovarine avec le corps humain restent à explorer.

CBGV vs THC (tétrahydrocannabinol) 

À la différence du THC, connu pour ses effets psychoactifs, la cannabigerovarine n’induit pas d’effet « high ». Le THC agit principalement sur les récepteurs CB1 du cerveau, responsable de l’effet psychotrope associé à la marijuana, un effet que la cannabigerovarine ne produit pas.

Origine et synthèse de la CBGV

La cannabigerovarine est naturellement produit dans les trichomes glandulaires de la plante de cannabis par un processus appelé biosynthèse des cannabinoïdes. Elle dérive de l’acide cannabigerovarinique (CBGVA), la forme acide du cannabinoïde, transformée par la plante en CBGV.

Propriétés et effets du CBGV

Bien que découverts dans les années 1970, la CBGV et son précurseur, le CBGVA, ont attiré peu d’attention scientifique jusqu’à récemment.

La cannabigerovarine est encore largement étudié pour mieux comprendre ses propriétés et ses effets. Des recherches préliminaires suggèrent qu’il pourrait avoir des effets bénéfiques contre la douleur et l’inflammation. De plus, la CBGV pourrait potentialiser les effets thérapeutiques d’autres cannabinoïdes par l’effet d’entourage, modulant ainsi leur interaction avec les récepteurs corporels.

CBGV

CBGV et le système endocannabinoïde

La CBGV a la capacité de se lier aux récepteurs cannabinoïdes, réduisant leur activité sans les bloquer complètement.

Étant donné le rôle crucial du système endocannabinoïde dans la régulation de processus physiologiques comme la douleur, l’humeur et l’immunité, il est plausible que la cannabigerovarine exerce des effets sur le corps humain. Cependant, des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer pleinement son potentiel.

Avantages et applications thérapeutiques du CBGV

La recherche sur les applications thérapeutiques de la cannabigerovarine est limitée, mais elle montre un potentiel prometteur pour diverses conditions, y compris certains types de cancers et les processus inflammatoires.

Cancer

Des études suggèrent que la cannabigerovarine agit comme un antagoniste des récepteurs TRPV2 associés à la malignité de certaines cellules cancéreuses. Ces récepteurs sont souvent surexprimés dans les cellules tumorales et jouent un rôle crucial dans leur prolifération et leur invasion. Bien que nécessitant davantage de recherche, cette action pourrait potentiellement bénéficier au traitement de cancers comme ceux de la prostate et du sein.

Des recherches sur des cultures de cellules ont montré que la cannabigerovarine réduisait les cytokines pro-inflammatoires et inhibait la prolifération des cellules cancéreuses colorectales, soulignant l’importance de poursuivre les investigations pour explorer son potentiel thérapeutique complet.

Peau sèche

La cannabigerovarine présente également un intérêt dans le traitement de la peau sèche. Des études indiquent qu’il pourrait stimuler les glandes sébacées pour augmenter la synthèse des lipides cutanés, bénéfique pour des affections comme la xérose et pour atténuer les effets du vieillissement cutané naturel. 

Comment la CBGV est-elle consommée ?

Étant donné que la recherche sur la cannabigerovarine est encore préliminaire, il n’existe pas encore de produits ou de méthodes de consommation standardisés largement disponibles. Généralement, on la trouve dans les extraits de cannabis à spectre complet, comme l’huile de CBD à spectre complet, qui contient une variété de cannabinoïdes.

Des formulations topiques contenant de la CBGV sont également disponibles sur le marché, utilisées pour traiter les affections cutanées liées à la sécheresse de la peau ainsi que dans les produits cosmétiques anti-âge.

Dosage de la CBGV

Les doses optimales de cannabigerovarine n’ont pas encore été établies en raison du manque d’études sur les humains. Avant toute utilisation thérapeutique, il est crucial de mener des recherches approfondies pour déterminer les doses efficaces et sécuritaires.

Effets secondaires de la CBGV

Actuellement, les effets secondaires de la cannabigerovarine ne sont pas bien connus et nécessitent davantage de recherches pour comprendre les éventuels effets indésirables. Étant donné sa nature non psychoactive, il est peu probable qu’il provoque les effets euphoriques associés au THC.

Détection de CBGV dans les tests de drogue

Il est peu probable que la cannabigerovarine déclenche un résultat positif lors d’un test de dépistage du cannabis, car ces tests détectent principalement les métabolites du THC. Cependant, la sensibilité et la spécificité du test utilisé peuvent influencer les résultats.

Conclusion

En résumé, la CBGV est un cannabinoïde non psychoactif qui montre un potentiel prometteur dans le traitement de la douleur et de l’inflammation. La recherche sur ses utilisations thérapeutiques est encore en cours et offre des perspectives fascinantes pour l’avenir des cannabinoïdes. Il reste beaucoup à découvrir sur ses propriétés et applications potentielles, et nous attendons avec intérêt les résultats des prochaines recherches dans ce domaine en évolution rapide.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page