Culture & plantation
A la Une

Comment le chanvre aide à lutter contre le changement climatique ?

Les chercheurs du monde entier multiplient leurs efforts pour contrer le changement climatique qui se fait progressivement ressentir. Comme toutes les solutions sont prenables, pourquoi ne pas tenter la culture du cannabis ? Le chanvre aurait un énorme potentiel écologique, pourtant certaines personnes ainsi l’ignorent encore. Et il faut avouer que la stigmatisation autour du cannabis n’arrange pas vraiment les choses.

Petit récapitulatif sur les effets du changement climatique

En fait, le changement climatique ne désigne rien d’autre que l’évolution des régimes climatiques à l’échelle planétaire. Les notions telles que le réchauffement de la planète ou les émissions de carbone font irrémédiablement référence au changement climatique. L’espèce humaine continue à brûler des combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz naturel), ce qui augmente le dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Effectivement, l’homme est responsable de cette hausse progressive des températures mondiales, et ce depuis le milieu du 20e siècle. L’émission de CO2 contribue à augmenter le gaz à effet de serre et aggrave le réchauffement climatique. Mais l’agriculture et l’élevage sont également à l’origine du tiers de ces émissions de gaz à effet de serre via la fabrication d’engrais ou le stockage alimentaire. Les techniques agricoles comme le labourage dégagent également de l’oxyde nitreux. Pour pallier ces différents problèmes, il serait plus intelligent de se tourner vers des ressources plus durables.

émission-de-carbone

Bienfaits inestimables du chanvre contre les problèmes d’émissions de carbone

On dit que le chanvre est bénéfique pour la planète et à forte raison. C’est une sorte de purificateur de la nature puisqu’il capte le CO2 de l’atmosphère. Agissant comme un puits/réserve de carbone, ce végétal retient le dioxyde de carbone dans le sol au cours de son cycle de vie. La culture du cannabis est donc particulièrement efficace pour éliminer le CO2. Vous ne le saviez peut-être pas, mais les plantes de chanvre aspirent 4 fois plus de CO2 que les arbres. Sachez que 4000 mètres carrés (1 acre) de chanvre peuvent éliminer jusqu’à 10 tonnes de carbone dans l’atmosphère. En absorbant le carbone tout au long de sa vie végétale, le cannabis constitue une culture à bilan carbone négatif. Pour être encore plus explicite, 1 hectare de culture de cannabis peut compenser l’émission annuelle de carbone de deux voitures.

Si le coton exige 2 000 litres d’eau par kilo, la culture du cannabis nécessite moins de la moitié de cette quantité. Et malgré cela, le chanvre peut produire jusqu’à 250 % de fibres supplémentaires sur une surface équivalente. De plus, le cannabis pousse rapidement, il n’a besoin que de 4 mois pour être mature. Le chanvre n’a pas non plus besoin de pesticides qui émettent beaucoup de dioxyde de carbone. Les cultivateurs soucieux de préserver l’environnement ont donc intérêt à inclure le chanvre dans leur rotation culturale. Les nutriments dans les plantes de cannabis vont contribuer à régénérer le sol. Voilà pourquoi la plantation du chanvre est parfaite pour les systèmes d’agricultures durables.

La culture du chanvre pour entretenir le sol

Vous ne savez peut-être pas, mais l’agriculture constitue l’une des causes majeures de la dégradation du sol. Elle détériore sa qualité et favorise son infertilité. En effet, l’agriculture peut affecter le niveau d’acidité ou d’alcalinité du sol ainsi que sa teneur en matières organiques. Le chanvre ne favorise pas l’érosion des sols contrairement aux cultures de coton, de blé ou de soja. Puisque le sol constitue une ressource naturelle essentielle, le chanvre peut contribuer à le soutenir. En fait, les cultures de cannabis renforcent le sol grâce à leur système racinaire profond. Et comme nous l’avons mentionné précédemment, elles ne dépendent pas des pesticides, ce qui favorise la santé du sol. Les plantations de chanvre ne sont pas aussi polluantes que certaines cultures (huile de palme, maïs, soja ou colza). D’ailleurs, elles gardent le sol propre en étouffant les mauvaises herbes grâce à sa structure imposante pouvant atteindre 5 mètres. De plus, sachez que le cannabis aide à la mise en valeur des terres. On peut le cultiver comme plante pionnière même dans les sols stériles.

Exploiter la polyvalence du cannabis en faveur de l’environnement

Le chanvre est une matière première polyvalente puisqu’on peut l’utiliser pour de nombreuses choses. Les produits à base de CBD inondent déjà les marchés, sans parler des boissons et autres produits alimentaires dérivés du cannabis. On utilise également le chanvre naturel pour réaliser des textiles et d’autres produits industriels.

Selon Rebekah Shaman, on peut exploiter le chanvre dans les industries de construction (bâtiment, automobile, aérospatial). Cette directrice générale British Hemp Alliance (BHA) pense également qu’on peut fabriquer du plastique biodégradable avec le chanvre. Cette plante favoriserait l’économie verte, durable et lucrative grâce à sa capacité à aérer le sol et sa rapidité de croissance. Madame Shaman ajoute également que la polyvalence du chanvre est telle qu’il pourrait substituer à différents produits (combustibles, bois, coton, etc.).

La polyvalence du chanvre pourrait éventuellement profiter aux agriculteurs. Pour augmenter les rendements, le chanvre ne nécessite qu’une faible quantité d’intrants (engrais par exemple). Considérées comme un super aliment, les graines de cannabis peuvent substituer aux protéines provenant des animaux. Effectivement, la valeur des fibres de chanvre peut compenser celui des protéines lorsqu’il sera vendu à un faible cout. De ce fait, les cultivateurs disposent toujours d’une certaine assurance financière pour subvenir à leurs besoins.

chanvre-dans-la-construction-de-bâtiments

Bénéfices de l’usage du cannabis dans le secteur du bâtiment

Le béton de chanvre est par exemple très utile dans le secteur du bâtiment, notamment en termes d’isolation et de construction. Comme l’industrie du ciment occasionne 5 % de toutes les émissions de carbone, le chanvre constitue ainsi une alternative judicieuse pour y remédier. Désormais, l’usage du chanvre et des fibres de bois contribue à la construction des bâtiments sans carbone.

On peut exploiter le chanvre dans le domaine de la construction selon le directeur du Building Research Park). Mike Lawrence (Université de Bath) déclare dans The Guardian que la porosité du chanvre contribue à isoler les murs. Le chanvre combiné à un liant à base de chaux donne un matériau de construction résistant (à la pourriture et au feu). On peut donc utiliser le chanvre depuis sa phase de croissance à sa transformation industrielle. Au-delà de son cycle cultural, il capte davantage de CO2 lorsqu’il est utilisé en enduit à base de chaux. Le chanvre industriel réduit d’autant plus le gaz à effet de serre responsable du réchauffement planétaire.

L’intérêt d’exploiter le chanvre comme biocarburant

Le chanvre représente une source non négligeable d’énergie. En fait, la culture de la marijuana favorise la production de biomasse. Face à la réalité du réchauffement climatique, la bioénergie attire de plus en plus l’attention des dirigeants des pays développés. Le chanvre constitue une bonne alternative pour protéger l’environnement en tant que biocarburant. Il n’y a pas que les fibres de chanvre (matières premières de construction et artisanales) qu’on peut exploiter. En effet, on peut transformer en biocarburant les graines de chanvre riches en huile. Une recherche américaine de 2010 (Université du Connecticut) avait suggéré qu’on pouvait transformer l’huile de chanvre en biodiesel performant. Malheureusement, la stigmatisation du chanvre ainsi que la rareté des cultures de chanvre ont réduit la compétitivité du biodiesel de chanvre aux États-Unis. Plus tard, la plupart des États nord-américains ont légalisé la culture du chanvre industriel. Des chercheurs ont donc pu mener des expériences sur la viabilité du biocarburant à base de chanvre à Hawaii à partir de 2014. Ce biodiesel est censé éviter à l’État d’importer du carburant.

Hésitation à parler du chanvre lors du sommet mondial sur les changements climatiques

Le chanvre n’a pas fait partie des priorités lors du COP 26 bien que de nombreuses organisations (4 000) l’ont sollicité. En fait, les scientifiques n’osent pas vraiment se prononcer sur le potentiel exact de rétention de CO2 du chanvre. Si certains sont convaincus que le chanvre absorbe plus de carbone que les autres végétaux, d’autres soutiennent le contraire. Bien que son effet soit bénéfique à l’environnement, le doute nécessite encore des approfondissements. La situation restera la même tant qu’on n’aura pas suffisamment de preuves concernant l’industrie et la culture du chanvre. Phillip Williamson souligne notamment que le potentiel d’absorption du carbone du chanvre n’est pas aussi significatif comparé à d’autres végétaux. Selon cet expert environnemental, la culture du chanvre ne représente pas forcément la solution pour lutter contre le changement climatique. Il précise que la plupart des cultures agricoles recyclent le carbone (décomposition), mais finissent par dégager du dioxyde de carbone.

 

Bref, on peut parfaitement exploiter le chanvre pour lutter contre la dégradation de l’environnement. N’oublions pas que la protection de la planète fait partie des piliers des objectifs du développement durable. Les cultures de cannabis réduisent les émissions de carbone et constituent une ressource inégalée dans l’agriculture durable. On sous-estime souvent le potentiel durable de la culture du cannabis face à ses bienfaits thérapeutiques. D’ailleurs, son statut illégal dans de nombreux pays fait encore barrière à son exploitation. Pourtant, plus on encourage le public à cultiver le chanvre ou à utiliser ses produits dérivés, plus on participe à la protection environnementale. On peut très bien utiliser le chanvre pour lutter contre le changement climatique grâce à ces petits gestes.

Découvrez également dans un autre article le potentiel écologique du plastique de chanvre.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page