Le monde du CBDLifestyleScience & Etudes

Contrebalancer les effets du THC avec le CBD

Aujourd’hui, le cannabis et ses composés sont au cœur des débats. Avec le nombre de cannabinoïdes que l’on peut rencontrer dans une seule plante, le cannabis est fascinant. De tous ces composés, le cannabidiol (CBD) et le tétrahydrocannabinol (THC) n’en finissent plus de faire parler d’eux. Et bien qu’on les retrouve dans une seule et même plante, leurs effets sont comme l’est et l’ouest. Le THC, pour sa part, est un composé psychoactif, tandis que le CBD ne l’est pas du tout. Le plus surprenant, c’est que le cannabidiol est capable de contrer les effets du THC. Comment cela est-il possible ? On vous dit tout dans les prochains paragraphes.

Avant de commencer, sachez que le cannabidiol ne supprime pas complètement les effets du THC. Il a plutôt la capacité d’en réduire les effets secondaires négatifs tout en renforçant ses effets positifs. Par exemple, on lui reconnaît des propriétés analgésiques. Lorsqu’il est combiné avec le CBD, les effets anti-douleur du THC sont renforcés. En même temps, cette combinaison permet d’en atténuer ses effets psychoactifs tels que la paranoïa et l’anxiété.

Pour expliquer les choses simplement, le CBD est comme un modérateur qui équilibre les effets du THC, afin d’éviter les extrêmes. Par exemple, si la sensation de high devient trop intense, le cannabidiol le tempère. Ainsi, le consommateur ne ressentira pas cette sensation de lourdeur ou d’engourdissement associée au THC. On peut comparer le cannabidiol avec le concept de yin-yang, car il permet d’équilibrer les effets de son homologue.

La meilleure manière de découvrir ces effets est de consommer des variétés qui contiennent à la fois du CBD et du THC, idéalement à taux égaux. Non seulement vous ressentirez moins d’effets indésirables, mais vous garderez aussi les idées claires pour mieux vous concentrer sur vos tâches quotidiennes. Cependant, chaque personne réagit différemment au THC. Tout est une question de dosage, de mode d’administration, de masse corporelle, et bien d’autres facteurs. Pour ceux qui ont des difficultés avec les effets du THC seul, il est recommandé de ne prendre que du cannabidiol.

cannabis

Comment le CBD peut aider à modérer les effets du THC ?

De nombreuses personnes n’osent pas sauter le pas avec le cannabis, par peur des effets qu’il peut entraîner ou tout simplement parce que le THC ne leur correspond pas. En principe, les consommateurs avertis apprécient le THC pour les sensations qu’il procure, et ils ont appris à gérer leurs doses pour éviter les extrêmes. En revanche, les néophytes peuvent ne pas connaître la dose qui leur convient et avoir tendance à consommer trop de THC. Cela peut les amener à développer une aversion pour le cannabis. Dans ces cas, le CBD peut être la solution pour expérimenter les bienfaits du cannabis sans subir les effets négatifs du THC.

Selon les experts, le cannabidiol est comme un régulateur qui permet de modérer les effets du THC. Si vous vous sentez submergé par les effets du THC, prendre une dose de CBD sous forme de pilule, d’huile ou d’infusion peut aider. Dans ce cas, il faudra choisir une variété de cannabis riche en cannabidiol. Très rapidement, vous constaterez une diminution de la sensation de lourdeur mentale et physique associée à une consommation excessive de THC. Cela démontre à quel point le cannabidiol agit efficacement pour contrebalancer les effets indésirables du THC.

Démystifions à présent le système endocannabinoïde (SEC) pour mieux comprendre ces interactions.

Comprendre le système endocannabinoïde

Souvent, on ne parle que du système nerveux central, du système reproducteur, et d’autres processus corporels. Malgré son rôle essentiel dans notre organisme, le système endocannabinoïde (SEC) reste largement méconnu. Découvert récemment, lors des recherches sur les effets du THC, le SEC exerce un rôle crucial dans la régulation de nos fonctions corporelles, dont la fertilité, et le maintien de l’homéostasie. Cette dernière n’est autre que l’équilibre interne du corps. Ainsi, le SEC contribue à maintenir une température corporelle stable, indépendamment des variations extérieures. 

Notre corps produit naturellement des cannabinoïdes communément appelés endocannabinoïdes. Dans tout ce processus que nous venons d’expliquer, leur rôle est de se lier à des récepteurs, tels des messagers.

Il existe deux types de récepteurs endocannabinoïdes : les récepteurs CB1, que l’on retrouve principalement dans le système nerveux central et le cerveau, et les récepteurs CB2, situés en abondance dans d’autres parties du corps et liés à la fonction immunitaire. Le THC, comme l’anandamide, un endocannabinoïde naturel, se lie aux récepteurs CB1 et provoque des réactions qui engendrent la sensation d’euphorie et de relaxation après avoir consommé du cannabis.

L’anandamide, nommé d’après le mot sanskrit pour « béatitude », est responsable de brefs moments de bonheur, comme lorsqu’on reçoit un cadeau. Cependant, l’anandamide et le THC diffèrent dans leur durée d’action : l’anandamide est rapidement métabolisée par le corps, tandis que le THC persiste plus longtemps. Cela explique pourquoi les effets secondaires du THC peuvent être plus prononcés (bouche sèche, yeux rouges…).

Après la consommation de cannabis, lorsque le THC se lie au récepteur CB1, comme une clé dans une serrure, diverses réactions se déclenchent et entraînent une sensation de bien-être. C’est pourquoi les variétés riches en THC, appréciées pour leurs effets psychoactifs, sont très populaires auprès des consommateurs aguerris.  

CBDV

Le CBD et son fonctionnement

Après avoir exploré le fonctionnement du système endocannabinoïde, concentrons-nous maintenant sur le CBD. Contrairement au THC qui se lie directement aux récepteurs CB1, le CBD fonctionne comme un antagoniste. Dans les recherches publiées par le British Journal of Pharmacology, le cannabidiol est défini comme un modulateur allostérique négatif.

Les modulateurs allostériques sont des composés ayant la capacité de se lier à des récepteurs en dehors de leurs sites habituels. Cela permet de modifier leur structure physique. Le CBD agit de la même manière, ce qui lui permet d’altérer la forme des récepteurs CB1. C’est ainsi que le CBD parvient à limiter la capacité du THC à se lier aux récepteurs CB1 de manière efficace.

Ainsi, les effets négatifs du THC sont diminués. Cependant, cette interaction n’est pas toujours constante et peut varier selon les circonstances. Parfois, ces effets indésirables peuvent même s’amplifier lorsque l’interaction entre le CBD et le THC est complexe. 

Mais le CBD n’a pas uniquement une interaction allostérique négative. En effet, il affecte également les niveaux de THC dans le sang par l’inhibition d’une enzyme connue sous l’appellation CYP2C9. D’après des études réalisées sur des animaux, lorsque le CBD est consommé avant le THC, les niveaux de ce dernier augmentent.

Enfin, le dernier mécanisme par lequel le CBD interagit avec le THC ressemble à celui d’un récepteur de la sérotonine, le 5-HT1A. Cette interaction suggère que le CBD peut agir comme un autre récepteur et produire des effets similaires.

En résumé, le CBD a la capacité d’atténuer les effets secondaires du THC. Cependant, cela dépend du dosage et du ratio CBD:THC administré. Avec un ratio adéquat, les effets indésirables du THC peuvent être considérablement réduits, tandis qu’un ratio déséquilibré peut ne pas produire les effets escomptés.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page