Actualitéslégislation

Peut-on considérer Dijon comme l’emblème du CBD en France ?

En France, les législations régissant le CBD connaissent des assouplissements, bien qu’encore timides. Une situation que l’on attribue d’emblée à une décision de la CJUE en date de novembre 2020. Celle-ci a revêtu une importance particulière à Dijon et encore davantage pour deux boutiques ayant fait les frais de l’acharnement des autorités locales. Pour ces dernières, une récente décision émise par la Cour de cassation de Dijon a confirmé le dénouement heureux. A ce jour, la ville compte une dizaine de boutiques CBD.

La tendance est au CBD

différents produits au cbd

Une récente décision de la Cour de Cassation de Bourgogne a donné lieu à une véritable explosion des boutiques CBD à Dijon. Chacun des propriétaires y va de sa propre vision de la situation.

Une vague d’optimisme à pérenniser

Guillaume Richard, propriétaire de la boutique CBD baptisée Weecl parle du meilleur moment pour se lancer. Il est très enthousiasmé par l’évolution des législations, mais aussi par les avancées majeures en termes de connaissance de la molécule :

« Lancer une boutique il y a deux ans, ça aurait été précoce. En termes de connaissances et d’aboutissement du produit aussi. L’aspect légal a donné de la confiance, avec le fait de voir de nombreuses boutiques s’ouvrir. On a senti que c’était le bon moment et le bon endroit ».

Il parle aussi d’un optimisme quasi-généralisé dans le rang des propriétaires de boutique CBD. Pour lui, reste à tout un chacun de rester dans les clous :

« On ne propose pas des produits au-dessus du [seuil de tolérance en THC, ndlr]. Aujourd’hui s’il y avait une nouvelle vague de répression, on n’aurait pas grand-chose à craindre ».

L’art de promouvoir le CBD

Pour sa part, Mathieu Tadajewski, co-fondateur de la boutique Weecl se sent investi d’une mission : Celle de présenter les produits CBD sous un jour nouveau :

« On veut vraiment redonner une image positive de la plante, apporter le côté pédagogique aussi. On est dans une ambiance de partage et de valorisation ».

Une vraie solution anti-coronavirus ?

fiole à couvercle rouge avec ne inscritpion marqué coronavirus dessue- feuilles de cannabis en fond

Clément, à la tête de la boutique Bestown Shop entend, quant à lui, surfer sur la vague puissante du Coronavirus. Il présente effectivement ses produits CBD comme LA solution anti-anxiété par excellence :

« Les gens ont besoin de se détendre avec autre chose que des anxiolytiques. Je pense personnellement qu’on peut soulager avec des choses plus naturelles, et que ça en fait partie ».

Depuis l’ouverture de sa boutique vers la fin de l’année dernière, ce gérant a bien entendu misé sur l’effet bien-être du CBD. Il fait la promotion de ses marchandises en mettant notamment en avant les vertus anxiolytiques de la molécule, sans oublier les bienfaits sur le sommeil. En d’autres termes, tout ce qu’il faut pour composer plus sereinement avec cette atmosphère anxiogène liée au Covid-19.

CBD : Demande en hausse

A Dijon, les produits CBD suscitent bel et bien l’engouement du plus grand nombre. Guillaume Richard attribue cette tendance à une véritable campagne d’informations en continu :

« Il y a une hausse de la demande, une hausse de la visibilité de la plante et du cannabidiol en général »

Christopher Soltane de chez The Pot Company ne cherche pas plus loin. Il y voit une retombée profitable de la décision émise par la CJUE (Cour de Justice Européenne), sur fond d’évolution de la mentalité :

« Depuis que la Cour de Justice Européenne a assoupli les mesures, on a eu une augmentation des ventes parce que les gens se sentent moins coupables de pousser la porte. Sur un an, je dois avoir une progression de 15 à 20 % environ ».

Des a priori qui ont la vie dure

Malgré leur enthousiasme et leur optimisme manifestes, les propriétaires de boutiques CBD à Dijon préfèrent garder les pieds sur terre. Une attitude qui fait référence aux idées reçues et une certaine forme de méprise de la molécule. En effet, bon nombre de Dijonnais font encore l’amalgame entre THC et CBD. Tandis que certains acteurs du secteur se plaignent de « mentalités [trop] compliquées à changer », d’autres en viennent à parler de miracle quant au boom des boutiques CBD à Dijon.

L’aboutissement d’un combat mené par deux boutiques CBD en Côte-d’Or

policier faisant une perquisition

En réalité, les boutiques CBD de Dijon doivent leur salut à deux boutiques implantées en Côte-d’Or, à savoir Weed Paradise et The Pot Company. Ces dernières ont littéralement subi la foudre du parquet de Dijon, connue pour sa campagne de répression contre ce type de point de vente. Perquisitions, gardes à vues, mises en demeure… Il faut dire qu’elles en ont vu de toutes les couleurs, durant leurs trois ans d’existence. Le procureur de la République de Dijon s’est montré intransigeant à leur encontre. Il n’hésite pas à parler de découverte de produits stupéfiants, à l’issu des perquisitions.

The Pop Compagny contre-attaque

Environ un mois après les descentes des forces de l’ordre, les propriétaires de la boutique CBD The Pop Compagny contre-attaquent. Ils font appel de la décision de justice stipulant leur « placement sous contrôle judiciaire », ainsi que la mise sous scellé de leurs boutiques. Un pari gagné, puisque le 25 octobre 2018, la Cour d’appel se prononce sur la levée des sanctions. The Pot Company en a pris acte en levant ses stores le 22 février 2019.

Nouveau rebondissement

L’avocat général de Dijon s’est empressé de calmer l’ardeur de la boutique CBD The Pot Company. En effet, il a saisi la Cour de Cassation pour annuler la décision du Cour d’appel. La première étude du dossier a eu lieu le 2 avril 2019. Une opération qui n’a rien donné, puisque l’instance judiciaire a tablé sur le statu quo. L’affaire est alors renvoyée devant la CJUE (Cour de Justice de l’Union Européenne).

La CJUE désavoue les autorités françaises

La suite de l’affaire est désormais bien connue : En novembre 2020, la justice européenne reproche à la France d’entraver la commercialisation de produits CBD. Dans sa décision, l’instance souligne notamment le caractère non-psychotrope de la molécule, tout en la déclarant inoffensif vis-à-vis de la santé humaine. Ainsi, la Cour de Cassation de Dijon s’est vue contrainte d’en prendre acte. Le 16 février 2021, elle a alors émise la décision, laquelle a contribué grandement à l’explosion des boutiques CBD à Dijon. Christopher Soltane de chez The Pot Company a conclu, en parlant d’un « combat épuisant », mais finalement gagné.

En conclusion, la France traîne la réputation d’être le mauvais élève en matière de CBD. Si la commercialisation de produits à base de cannabidiol profite d’un desserrement de vis, certaines restrictions n’en demeurent pas moins virulentes. Les producteurs de chanvre n’ont par exemple pas le droit d’exploiter les fleurs de chanvre, particulièrement riche en CBD. Certains acteurs sont ainsi contraints de recourir à un pays tiers pour l’extraction de la molécule. Heureusement, la sphère numérique contribue grandement à faire bouger la ligne. Ces derniers temps, de plus en plus d’influenceurs tricolores rivalisent d’ingéniosité pour faire la promotion du CBD, pour le compte de certaines enseignes.

Articles similaires

2 commentaires

  1. Votre article est faux. Renseignez vous un peu avant de dire des conneries a propos de la cour de cassation; le verdict n’a pas été rendu

    1. Bonjour Monsieur,

      Merci pour votre remarque. Pouvez-vous nous donner les sources de votre analyse. Nous pouvons évidemment réaliser une mise à jour si nous avons fait une erreur. Cependant, nos sources ont étaient vérifié plusieurs fois.

      Tres cordialement

      Team CBDINFO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page