législation

Histoire de la législation du CBD en France

Souvent associé au THC, le CDB fait hésiter plus d’un. Pourtant, rien ne les associe, sauf leur origine: le cannabis. Si le THC modifie la personnalité, le CBD rétablit le bon fonctionnement de l’organisme. Il annule même les effets de ce fameux THC. Qu’est ce que le CBD? Si la loi sur le cannabis est claire, qu’en est-il de la législation sur le CBD en France? Comment les mœurs ont-ils évolué face au cannabis?  

Ce qu’on sait sur le CBD aujourd’hui

un scientifique en blouse blanche se tient dans une serre de cannabis,  législation sur le  CBD en France

Le CBD ou le cannabidiol est un cannabinoïde présent dans la plante de cannabis à l’instar du THC. Les variétés les plus riches en CBD sont la Sativa et l’Indica. Il existe différentes façons d’extraire la substance: à l’aide de solvants chimiques, d’huile ou par CO2 supercritique.

Une étude sur les effets du cannabis sur le cerveau a dévoilé que notre corps abritait un système endocannabinoïde. Ce réseau de récepteurs et endocannabinoïdes (cannabinoides créés par le corps) veille à l’équilibre du corps. Il joue un rôle prépondérant dans notre appétit, notre sommeil, notre perception de la douleur, bref, notre bien-être général. Le CBD agit directement sur les différents récepteurs de ce système endocannabinoïde et l’aide à restaurer l’équilibre du corps. Contrairement au THC (d’après la loi sur le cannabis), la législation sur le CBD en France autorise sa consommation, sous conditions.

Outre ses bienfaits sur l’organisme, ce produit aux milles vertus aide aussi à avoir une peau saine, jeune et sans acné. Les fumeurs désireux d’arrêter l’utilisent également comme substitut de la nicotine pour se défaire facilement de la cigarette. Les sportifs sont de plus en plus nombreux à utiliser le CBD pour retrouver un sommeil réparateur, éliminer le stress d’avant épreuve ou éviter les nausées fréquentes après un effort intensif. 

Comment consommer du CBD?

Il existe aujourd’hui différentes façons de consommer du CBD. La plus utilisée reste l’huile de CBD prise en sublinguale. Pour cause, le produit ne passe pas par le foie et rejoint vite la circulation sanguine via les muqueuses de la bouche. Son action est donc plus rapide. Il en est de même pour le e-liquide qui permet aussi une absorption rapide du CBD. Les effets se font ressentir 5 à 15 minutes après inhalation mais se dissipent 2 à 4 heures plus tard. 

Les crèmes et les aliments au CBD sont des manières pratiques de profiter en toute discrétion des bienfaits du cannabidiol. Vous voulez consommer moins de produits mais avoir les mêmes effets? La solution: les cristaux de CBD. Ils contiennent 98% de cannabidiol. Ils peuvent être mélangés à un e-liquide, mélangés à des aliments ou pris en sublingual. 

Il n’y a pas de dosage précis du CBD et la législation sur le CBD en France n’impose aucune dose maximale. Pour cause, de nombreux paramètres entrent dans l’équation: votre condition physique, vos antécédents avec les cannabinoïdes, ce que vous souhaitez traiter avec le CBD, votre poids etc. Quoi qu’il en soit, commencez toujours par une faible dose et rajoutez progressivement si vous n’en ressentez pas les effets. Pour un novice (sans antécédents avec les cannabinoïdes), l’idéal est de commencer par 2 à 6 mg/jour et d’augmenter jusqu’à obtention du résultat escompté. 

L’histoire du cannabis en France 

toile montrant des personnes qui récoltent le chanvre, législation sur le  CBD en France

L’histoire du cannabis commence 6000 ans avant JC en Chine. Mais c’est au XIXème siècle que les français se penchent vraiment sur le sujet. A cette époque, on voyait la résine de cannabis comme source de violence et de folie chez les maghrébins musulmans. D’ailleurs, en 1800, l’érudit français Isaac Silvestre de Sacy considère le mot arabe “haschisch” comme origine du mot “assassin”. Les deux mots étaient associés aux “Assassins d’Alamut”, une secte musulmane qui sévissait pendant les croisades. Cette secte a d’ailleurs inspiré de nombreuses productions numériques dont le célèbre jeu vidéo Assassin’s Creed.

Le récit des voyages de Marco Polo, Le Devisement du Monde, est le premier à évoquer les Assassins d’Alamut. Ils auraient donné une “potion intoxicante” à leurs fidèles en Irak et en Syrie pour qu’ils deviennent aussi des tueurs. Selon de Sacy, cette fameuse potion aurait été à base de haschisch. Son explication se base sur Al-Hashishiyya ou “les mangeurs de haschisch” écrit par Abu Shama Shihab Al-Din, savant syrien. 

On aurait entrainé ces fidèles pour tuer, d’après de Sacy. Ils auraient obéi aveuglément à leur chef  “Vieux de la Montagne” et commis des crimes sous l’emprise du haschich. A noter que les dires de de Stacy étaient en grande partie pure fiction. Il a quand même réussi à faire des vagues auprès des français, notamment dans le domaine médical.  

Pourtant, la consommation de cannabis n’était pas systématique chez les arabes. Certaines communautés le mettaient d’ailleurs dans la catégories des substances interdites, à l’instar de l’alcool. 

La montée en puissance du cannabis en France 

Les affirmations de de Sacy ont inspiré de nombreux médecins de l’époque. Ces avant-gardistes pensaient qu’il serait possible d’étudier le haschisch et d’en faire un produit médicinal. Il aiderait à traiter les maladies de l’époque à savoir le choléra, la peste et la folie. Le cannabis médical sous forme de teinture ou d’ alcoolature se vulgarise alors entre 1830 et 1840. Aucune loi sur le cannabis n’est encore appliquée.

Jean-Joseph Moreau de Tours, célèbre homéopathe et aliéniste, pensait que les effets du cannabis étaient identiques aux signes de la folie. Il lui était donc possible d’étudier de plus près les troubles mentaux et de trouver des remèdes. Il fonde d’ailleurs le Club des Haschischins qui comptait des membres importants tels que Théophile Gautier et Charles Baudelaire. L’usage du cannabis y était purement récréatif. Ils se rassemblaient pour “jouer aux orientaux” sur les bords de la Seine. 

La loi sur le cannabis en France

Les essais concernant l’utilisation du cannabis restaient peu concluants. Cela a mis fin aux nombreuses philosophies scientifiques telles que l’anti- contagionnisme (nie l’idée de la contagion). Pourtant, ce dernier avait légitimé les recherches sur le cannabis. On abandonne alors progressivement les essais et les études sur la plante. 

Au cours de la Première Guerre Mondiale, on utilisait l’opium et la morphine pour soulager les soldats blessés. Mais le taux de dépendance augmente chez les soldats et l’Europe s’alarme. La Convention internationale de l’opium de 1912 à La Haye condamne l’utilisation de l’opium, de l’héroïne, de la morphine et du cannabis. La France interdit alors la production, l’importation et la consommation du cannabis et de ces autres substances en 1916. 

La France renforce sa loi sur le cannabis en 1925 et en 1935 et devient une des plus strictes d’Europe. Le cannabis médicinal est retiré de la pharmacopée en 1953. 

La découverte du CBD 

Huile de CBD posée sur des feuilles de chanvre, législation sur le  CBD en France

Si la loi sur le cannabis fait débat, c’est dans les années 40 qu’on entend parler de CBD pour la première fois. Une équipe de scientifiques américains réussissent à l’isoler, mais le voient comme un composant toxique. Il faudra attendre 1965 pour que l’équipe du Pr Raphael Mechoulam, chimiste de l’Université Hébraique de Jérusalem réussisse à trouver sa structure exacte. Les résultats interpellent les scientifiques du monde entier. En 1973, une équipe brésilienne découvre que le CBD réduisait les crises d’épilepsie chez les rats. 

Quelques années plus tard, une étude montre que le CBD réduit les nausées chez les personnes en chimiothérapie. Il annihile également les douleurs et améliore la qualité du sommeil. Au cours des années 80 et 90, on utilise le cannabidiol dans le traitement de la psychose et de l’anxiété. Les recherches continuent dans les années 2000 et la liste des bienfaits du CBD n’arrête pas de s’allonger. 

La législation sur le CBD en France 

La loi sur le cannabis est claire: sa consommation est interdite à cause de sa forte teneur en THC . En France, l’amende est de 3.750 euros accompagnée d’une peine d’emprisonnement d’un an maximum pour la consommation personnelle de cannabis. Si la personne a mis en danger la vie d’autrui sous l’emprise de la drogue, la peine va jusqu’à 5 ans d’emprisonnement avec une amende de 7.500 euros.  Mais qu’en est-il du CBD? 

Le CBD est aussi tiré de la plante de chanvre. Mais cette espèce ne contient qu’un très faible taux de THC. Contrairement au tétrahydrocannabinol, le cannabidiol n’agit pas particulièrement sur les récepteurs CB1 du système endocannabinoïde. Il n’altère pas la perception des choses et le comportement et n’a pas cet “effet défonce” du THC. L’OMS le supprime donc de la liste des stupéfiants interdits.

Qu’en est-il vraiment?

La législation sur le CBD en France reste floue . C’est l’affaire de The Pot Company, un magasin de CBD qui va apporter de la lumière sur cette loi. En 2018, le propriétaire de la boîte est accusé de trafic de stupéfiants. Mais son avocat va utiliser la loi européenne pour  le sauver. En effet, cette loi stipule que la consommation de CBD est légale sur tout le territoire européen. Il n’y a aucune loi légalisant l’utilisation du cannabidiol en France mais aucune ne l’interdit. 

Il est donc légal de consommer du CBD en France. Mais comme dans toute l’Europe, cela est soumise à certaines conditions. La plante utilisée pour extraire le cannabidiol doit avoir un taux de THC inférieur à 0.2%. Le produit fini ne doit en contenir aucune trace pour être vendu et consommé légalement. Attention, le CBD ne doit pas être vendu comme médicament mais comme complément alimentaire. 

On l’aura compris, le chemin de la découverte à la légalisation sur le CBD en France a été longue. Mais oui, il est légal de vendre, de consommer et de produire du cannabidiol.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Oui, mais bon…je ne sais pas moi, peut être qu’après l’expérimentation ils vons changer d’avis et diront que le cbd est la source de tous les maux de ce monde pour enfin dire que c’est un produit illégal ! franchement, tout ça me laisse perplexe. les pays voisins eux sont déjà en marche pour légaliser le cbd tandis que nous, jusqu’à présent, on reste dans le flou (juridiquement parlant bien sûr ! )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page