InterviewsLifestyleSanté
A la Une

La consommation de cannabis et la sclérose en plaques

De nos jours, de plus en plus de patients se ruent vers la consommation de cannabis en raison de nombreuses vertus de celui-ci. Les recherches médicales sur cette plante ne cessent de continuer et de porter leurs fruits. Dernièrement, dans certains pays, des patients peuvent avoir accès à des médicaments à base de cannabis pour soulager les symptômes liés à la sclérose en plaques.

Zoom sur la sclérose en plaques

La sclérose en plaques, aussi connue sous l’acronyme SEP, est une maladie neurodégénérative qui affecte grandement le quotidien des patients. Cette maladie auto-immune est le résultat du mauvais fonctionnement du système immunitaire. Ceci arrive quand ce système n’arrive pas à faire la différence entre les cellules de l’organisme, les virus et les bactéries. Dans cette confusion, il n’hésite pas à attaquer les cellules de notre corps comme des envahisseurs.

Les symptômes

Pour la sclérose en plaques, le système immunitaire s’attaque aux cellules nerveuses en dissolvant petit à petit la gaine de myéline. Or, ce composant permet de gérer au mieux la conduction des impulsions électriques entre les neurones. Sans cette gaine qui protège les fibres nerveuses, les signaux ne passent plus aussi parfaitement qu’avant. Ce problème de neurotransmetteur provoque chez le patient un inconfort et même des douleurs.

diagnostic de la sclérose en plaques

Généralement, les patients atteints de la sclérose en plaques ressentent des engourdissements et des tremblements dans leurs membres. Parfois, ceci peut être accompagné de spasmes qui mènent vers une instabilité motrice. Souvent, on remarque que ces patients ont des troubles de l’élocution et une perte partielle ou totale de la vision. De nombreux dysfonctionnements du corps se feront aussi ressentir. Bien évidemment, avec les douleurs et les différentes difficultés, les patients seront épuisés.

Les types

On peut être en face de deux types de sclérose en plaques. D’un côté, les patients souffriront de la SEP récurrente-rémittente. Dans ce cas, le patient aura souvent des rechutes et quelque temps de rémission. La durée de chaque épisode peut durer plus ou moins longtemps selon le patient. Parfois, cela peut se produire sur plusieurs années. À un moment donné, les rechutes et les rémissions ne se feront plus remarquer. Les patients ressentiront les symptômes tout le temps. De l’autre côté, il y a la forme primaire progressive. Il s’agit d’une aggravation linéaire des symptômes sur plusieurs années. Ici, il n’y a pas de rechutes ni de rémissions. Les symptômes s’intensifient au fur et à mesure que les années avancent.

Les causes

Jusqu’à ce jour, les scientifiques n’ont pas encore trouvé la cause exacte de la sclérose en plaques. Toutefois, certains facteurs peuvent augmenter le risque de son développement. En général, les personnes ayant de la famille proche qui ont eu la SEP sont plus susceptibles d’en développer à leur tour. L’âge et le sexe peuvent aussi être des facteurs risques. D’après les statistiques, les personnes de sexe féminin, âgées de 20 à 40 ans, sont les plus touchées. Des infections peuvent aussi être à l’origine de la SEP.

Traitement de la sclérose en plaques

Pour le moment, on n’a pas encore trouvé le remède miracle pour lutter contre la sclérose en plaques. Les traitements proposés tendent à soulager les patients du mieux possible. Souvent, les médecins prescrivent des analgésiques et des antidépresseurs aux patients. Ils peuvent aussi leur recommander de faire de la thérapie pour mieux appréhender la situation. La physiothérapie peut aussi les aider à reprendre certains contrôles sur leur mobilité.

Le Betaferon est un médicament que les médecins prescrivent aux patients atteints de la sclérose en plaques. D’après les études menées sur ce médicament, il peut réduire et même ralentir l’apparition des symptômes liés à la SEP. Cependant, ce médicament a aussi ses inconvénients. De nombreux patients l’ayant consommée, comme la mère de Xavier Saïz, ont développé des cancers. Dans son interview, que vous trouverez en version audio en bas de page, Xavier Saïz raconte cet épisode de sa vie qui l’a amené à se tourner vers le cannabis.

Le cannabis pour traiter la sclérose en plaques

De plus en plus de personnes se tournent vers la consommation de cannabis pour soulager leurs maux. En effet, cette plante a de nombreuses vertus qui soulagent les douleurs et apportent bien-être. De nombreux patients atteints de sclérose en plaques ont révélé qu’ils ont envisagé de consommer du cannabis pour atténuer leurs symptômes. Certains ont même déclaré qu’ils en avaient déjà consommé.

Les effets du cannabis sur la sclérose en plaques

En interagissant avec le système endocannabinoïde du consommateur, le cannabis pourrait atténuer quelques symptômes de la sclérose en plaques.

Soulager la spasticité

La spasticité est un des symptômes majeurs de la sclérose en plaques. Elle se présente comme une sensation de raideur et rend les mouvements difficiles. Non seulement le patient sera de moins en moins capable de bouger, mais il ressentira aussi des douleurs chroniques.

En 2012, un essai a été pratiqué sur des patients ayant une résistance aux traitements de la sclérose en plaques. Grâce à l’effet placebo, la spasticité était moins présente. De même, le cannabis a un fort potentiel pour réguler les spasmes musculaires. C’est ainsi que de nombreux gouvernements ont légalisé le cannabis thérapeutique. Il existe même des médicaments à base de cannabinoïdes issus de cette plante comme le Sativex.

Soulager la douleur

Depuis la nuit des temps, on a utilisé le cannabis pour soulager les douleurs. Il est probable que la consommation de cannabis puisse réduire les douleurs ressenties à cause de la sclérose en plaques. D’après certaines études, les propriétés antidouleurs de nombreux cannabinoïdes qui composent le cannabis seraient tout aussi puissantes que les antalgiques habituels.

Améliorer la mobilité

Un des symptômes de la sclérose en plaques est la perte de mobilité. Les spasmes et les douleurs rendent difficiles les mouvements. Heureusement, grâce aux propriétés relaxantes et apaisantes du cannabis, on peut espérer une nette amélioration de ce côté-là. De même, les spasmes seront de moins en moins présents.

Xavier Saïz a même témoigné : « Je suis atteint d’une méningite bactérienne. Depuis que j’ai utilisé des dérivés de cannabis, je n’ai plus de crise d’épilepsie. »

Le Sativex ou le cannabis médical pour traiter la sclérose en plaques

Il faut savoir que le Sativex et le cannabis médical sont deux choses différentes. D’un côté, le Sativex est composé de THC et de CBD avec un ratio précis de 1:1. Cette proportion marche pour de nombreux patients atteints de la sclérose en plaques. Cependant, pour des effets plus efficaces, on a de l’autre côté le cannabis médical. Celui-ci est composé de nombreux cannabinoïdes et de terpènes. La synergie entre ces différents composants offre des résultats très intéressants.

le sativex pour traiter la sclérose en plaques

Dans tous les cas, en France, on ne pourra ni avoir accès au Sativex ni au cannabis médical. La plupart des médecins ne sont pas encore convaincus de l’efficacité de ces produits. Même si aux États-Unis, de plus en plus de patients y ont accès, en France ce n’est pas encore le cas.

« Quand on a proposé le cannabis aux médecins pour traiter la sclérose en plaques de ma maman, ils nous ont regardés de haut. », a annoncé Xavier Saïz.

Si on veut y avoir librement accès, il serait intéressant de passer quelque temps au Royaume-Uni ou dans d’autres pays qui auraient déjà légalisé le cannabis médical. Il est possible aussi de se contenter des produits à base de cannabinoïdes ayant un taux de THC inférieur à 0,3 %.

L’avenir du traitement par le cannabis de la sclérose en plaques en France

En France, il n’est pas encore envisageable de traiter la sclérose en plaques avec le cannabis. Le taux de THC dans le cannabis, dont on n’a pas de certitude, est un frein à cette possibilité. En effet, le cannabis sous son état brut peut produire de nombreux effets secondaires pouvant même tendre vers une dépendance. Pour y remédier, la Société Francophone de la Sclérose en Plaques ou SFSEP veut coordonner des programmes de mise à disposition des produits dérivés du cannabis avec l’ANSM. Afin d’éviter l’usage abusif de ces produits, elle devra aussi mettre en place des programmes d’éducation thérapeutique.

Pour conclure, la sclérose en plaques est une maladie qui nuit au quotidien des patients. Les symptômes sont souvent douleurs et peuvent handicaper les patients. Jusqu’à ce jour, on n’a pas encore trouvé le remède pour lutter efficacement contre cette maladie auto-immune. La seule chose qu’on peut faire est de suivre des traitements pour soulager et atténuer les symptômes. Pour ce faire, le cannabis semble être un produit intéressant. Les propriétés de cette plante sont nombreuses et contribuent à améliorer le bien-être. Elle est efficace pour soulager différentes maladies. Dans de nombreux pays, les médecins en prescrivent aux patients depuis longtemps. En France, on est encore loin du compte.

Ici, le podcast de Xavier Saïz

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page