Actualités

Le Japon vers la réglementation du cannabis et du CBD médical

Le CBD est d’actualité, aussi bien ailleurs qu’en France. Dernièrement on parle d’importations de cannabis à usage médical au pays du soleil levant. Au Japon, le ministre de la Santé, du Travail et du Bien-être, recommande d’autoriser la filière. Par ricochet, cela ouvre une brèche au CBD médical. Décryptage.

Recommandation de la réglementation du cannabis et du CBD sous ordonnance médicale

Il y a un an, Shigeyuki Goto, ministre de la Santé, a fait connaître son intention de lever l’interdiction des médicaments à base de cannabis au Japon. Depuis, les choses bougent lentement mais sûrement au pays. Sur les conseils d’un groupe d’experts, constitué de professeurs et de professionnels de la santé, le ministère veut changer la donne. Il recommande la réglementation du cannabis médical et de ses dérivés, dont le CBD, délivrés uniquement sur ordonnance. Ainsi, la vente de ces produits serait réglementée comme les produits pharmaceutiques et dispositifs médicaux.

Le marché gris du CBD

Les produits au CBD arborent les étals des commerces de détail au Japon. Pour info, Visiongraph estime la valeur marchande de l’industrie du CBD à 59 millions de dollars sur l’année 2019. De statu quo, le cannabidiol à usage alimentaire et cosmétique est illégal. Mais les producteurs n’ont que faire de cette restriction. Ils veulent toucher les consommateurs à tout prix. Étonnamment, l’État semble fermer les yeux sur ce marché gris. 

Monopole du marché du CBD pour les industriels

Avec cette nouvelle recommandation, le ministre entend aligner le Japon avec d’autres pays qui importent déjà du cannabis médical. Avancée ou monopolisation? Les parties prenantes du chanvre avec la Hokkaido Industrial Hemp Association déclarent cette limitation du CBD à usage médical comme un monopole du marché au profit des industries pharmaceutiques.

L’association revendique une dissociation plus claire du cannabis THC et du chanvre à 0,3% de THC. Cette limitation étant commune à plusieurs pays du monde, certains vont pourtant jusqu’à 1%. Le taux de CBD dans la plante augmente proportionnellement à celui du THC. Autrement dit, plus il y aura de THC, meilleure sera la production de CBD.

Revendications des partisans du chanvre

Au Japon, le chanvre industriel fait aussi l’objet d’une limitation, en attendant une potentielle modification de la loi inhérente au contrôle du cannabis. Cette situation fait penser à l’occupation américaine d’après Guerre. La plante de chanvre ne peut être utilisée que partiellement, en vertu de la réglementation, calquée sur la loi américaine de 1937 concernant la taxe sur la marijuana. Les industriels n’ont le droit d’utiliser que les tiges et les graines. Il est formellement interdit d’importer des produits à base de feuilles et de fleurs, ainsi que les graines pour la culture. Enfreindre à la règle est passible d’une lourde peine d’emprisonnement. 

Face à cette situation, la HIHA exhorte le ministère à classer le chanvre industriel en tenant compte de deux critères. Le premier concerne le taux de THC, et le second est en rapport avec l’utilisation finale de la plante. L’association demande également l’élaboration de réglementations séparées pour chaque partie de la plante, et qu’elle bénéficie enfin d’un traitement égal aux produits agricoles. 

Bien que le processus de légalisation du cannabis et du CBD semble bien engagé, la recommandation du ministère reste en-deçà des revendications des partisans du chanvre. Pour compenser, un traitement pour les personnes dépendantes au THC et la lutte contre la consommation juvénile du cannabis ont également été discutés. Le Japon suivra-t-il l’exemple montré par la France en adoptant l’interdit pénal pour protéger les jeunes du cannabis

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page