Lifestyle
A la Une

Perdre son permis en consommant du CBD !

La lucidité est un point important que l’on doit respecter lors de la conduite. En effet, elle permet de protéger tant le conducteur que les autres usagers de la route. C’est ainsi que la consommation du CBD au volant est réprimandée. Même si celui-ci n’est pas un stupéfiant, les effets qu’il procure peuvent altérer la concentration et la vigilance du conducteur. Un test positif à cette substance peut mener au retrait du permis de conduire.

Le CBD et le retrait du permis de conduire

Le CBD est reconnu pour être la molécule aux mille vertus. En effet, les consommateurs l’apprécient pour les bienfaits qu’il apporte à l’organisme, notamment pour sa propriété relaxante, anxiolytique et antidouleur. Il procure bien-être et apaisement à celui qui le consomme. De plus, les effets ressentis peuvent être plus ou moins puissants selon le dosage du cannabidiol.

fumer CBD au volant

Cependant, certaines personnes ne tolèrent pas le CBD. Elles développent souvent des effets désagréables comme de la migraine, des nausées ou encore de la fatigue soudaine et intense. Il faut savoir que quand la capacité relaxante de cette molécule est trop élevée, cela peut mener à un relâchement musculaire. Parfois, on remarque aussi que les consommateurs avec un fort dosage en cannabidiol peuvent ressentir une baisse de concentration. Ces effets peuvent même s’accompagner d’une somnolence chez certaines personnes.

Si ces signes se présentent alors que l’on conduit, cela peut augmenter le risque d’accident. Les autorités ont donc conclu que le CBD pourrait altérer la conduite. De ce fait, pour protéger les usagers de la route, dont le conducteur, les forces de l’ordre ont pris des mesures comme de leur retirer le permis de conduire. Pour en connaître davantage sur ce sujet, vous pouvez trouver sur ce lien l’interview de Xavier Pizarro.

Le contrôle routier et la consommation de CBD

Vous l’aurez certainement remarqué que des contrôles sont effectués sur la route : ce sont les contrôles routiers. Ils sont souvent inopinés, mais ils deviennent systématiques quand le conducteur est impliqué dans un accident.

Les autorités ont mis en place les contrôles routiers pour s’assurer de la sécurité de tous les usagers de la route. En général, les officiers et les agents de police vérifient le taux d’alcoolémie du conducteur. Toutefois, ils peuvent aussi faire des tests beaucoup plus poussés s’il pense que le conducteur a pris des produits pouvant altérer la conduite comme le CBD.

Il est à noter que les forces de l’ordre peuvent demander aux conducteurs de passer différents types de test pour déterminer si ceux-ci ont consommé ou non du CBD. Comme le cannabidiol n’est pas un stupéfiant en soi, ils se basent sur le taux de THC : celui-ci ne doit pas dépasser 0,3 %.

Le test salivaire pour détecter le CBD

Pour faciliter le dépistage des drogues et par la même occasion du CBD, le test salivaire est pratique. De plus, le résultat est immédiat. L’appareil de test contient des principes actifs qui réagissent lorsqu’ils détectent des molécules comme le THC. Ce test consiste à déterminer si des substances psychotropes sont présentes dans votre organisme. En général, la consommation de produits légaux à base de cannabidiol donnera un résultat négatif.

Le risque d’un test positif reste toujours important surtout si les produits consommés ne proviennent pas des boutiques spécialisées ou de la pharmacie. En effet, le taux de THC dans les produits au CBD sur le marché noir peut ne pas respecter la norme. Il faut savoir que si le THC dépasse 0,3 %, vous risquez déjà des sanctions.

Cependant, la fiabilité de ce test n’est pas encore tout à fait performante. En effet, on recense encore de nombreux faux positifs. Les résultats du dépistage salivaire ne sont donc pas concluants. C’est bien pour cela que les autorités ne retirent pas encore directement son permis au conducteur dans ce cas. Après un test salivaire positif, on confisque seulement ce document le temps d’attendre les résultats de test sanguin et urinaire.

Le test sanguin et urinaire pour détecter le CBD

Si le test salivaire que vous avez passé est positif, les forces de l’ordre peuvent vous demander d’effectuer un test sanguin ou urinaire pour confirmer le test. Ce deuxième dépistage consiste généralement à déterminer avec précision la drogue que vous avez consommée.

Ainsi, si le CBD consommé à un taux de THC inférieur à 0,3 %, il ne devrait y avoir aucun souci. Par contre, si vous avez acheté les produits sur un marché non conventionnel, le risque d’écoper d’une amende ainsi que de se faire retirer son permis est important.

Pour le moment, de nombreux consommateurs ainsi que certains spécialistes du droit pensent que le dépistage du CBD est trop sévère. En effet, cette substance n’est pas psychotrope. Or, pendant un contrôle routier, on le met dans la même catégorie que des drogues puissantes comme la cocaïne.

test pour déterminer taux de CBD

Les sanctions lors de la conduite sous l’influence du CBD

Après un test salivaire positif, le conducteur passe par un test sanguin et urinaire pour confirmer le résultat. Pendant ce laps de temps, les forces de l’ordre peuvent confisquer le permis de conduire de celui-ci. Les sanctions ne sont appliquées que lorsque le test de dépistage conclut que le conducteur a bien consommé du CBD avec un fort taux de THC. Ces sanctions dépendent de la gravité de l’infraction.

En cas de refus du dépistage

Il faut savoir que le test de dépistage est systématique en cas d’accident routier. Toutefois, les forces de l’ordre peuvent effectuer des tests inopinés. Dans les deux cas, les conducteurs peuvent refuser de se soumettre au test.

Ce refus est sanctionné de deux ans de prison avec un paiement d’amende de 4 500 €. On retire aussi 6 points sur le permis de conduire de l’accusé. Selon la situation, ces peines peuvent s’alourdir. En effet, cela peut mener vers la suspension ou l’annulation du permis pour au minimum de 3 ans, la confiscation du véhicule et même des travaux d’intérêt général.

En cas de conduite après consommation de CBD

Les conducteurs pris en flagrant délit seront sanctionnés par une amende de 4 500 € avec deux ans d’emprisonnement. Cette peine peut aussi augmenter en cas de situation aggravante. En effet, si jamais le conducteur est aussi sous l’influence de l’alcool lors du dépistage, l’amende peut aller jusqu’à 9 000 € avec trois ans d’emprisonnement. Si c’est un accident corporel, l’amende se soldera à 100 000 € avec sept ans d’emprisonnement. Si l’accident est mortel, l’amende sera de 150 000 € avec une peine d’emprisonnement de 10 ans. Bien évidemment, 6 points seront retirés du permis de conduire.

Comme pour le refus de passer un dépistage, la suspension et l’annulation du permis sont aussi possibles. De même pour la confiscation du véhicule et pour les travaux d’intérêt général.

Il faut savoir que les peines s’alourdissent si le conducteur est un récidiviste. Dans ce cas, il est même possible qu’on lui retire son permis et qu’il ne puisse en faire une nouvelle qu’après 3 ans. L’interdiction de conduire des véhicules sans permis entre aussi dans les peines encourues.

Conséquences de ses mesures sur les industries de CBD

Le renforcement des sanctions concernant le cannabidiol joue en faveur des industries de CBD. En effet, les consommateurs se ruent vers ces produits qui seront conformes aux normes avec un taux de THC inférieur à 0,3 %. Or, les produits fabriqués par ces industries respectent à la lettre ces normes. De ce fait, en achetant les produits de ces industries, les consommateurs diminuent le risque d’écoper des sanctions lors d’un dépistage routier.

Éviter de perdre son permis en consommant du CBD

La réglementation concernant la consommation de CBD au volant est claire. Il ne faut pas que le taux de THC dans le sang du conducteur dépasse 0,3 %. Pour ce faire, l’alternative idéale est de se procurer du CBD chez des revendeurs agréés et les boutiques spécialisées dans les cannabinoïdes. Chez eux, vous ne risquez pas de consommer des produits non conformes à la norme.

Si vous savez que vous allez bientôt passer un test de dépistage, l’idéal est d’arrêter la consommation du produit le plus tôt possible. De ce fait, votre corps aura le temps d’éliminer le produit avant le test. Toutefois, pour même toutes les chances de votre côté, on peut toujours boire beaucoup d’eau afin de mieux éliminer le produit. Cette technique marche parfaitement si vous devez passer par un test urinaire. Par contre, il faut veiller à ne pas trop diluer l’urine. Cela rendra les forces de l’ordre soupçonneux et ils demanderont des tests sanguins.

Afin d’éviter les accidents routiers, il est fortement conseillé de ne pas associer le CBD avec l’alcool. De même, il faut éviter de prendre le volant juste après la consommation du cannabidiol. En général, le conducteur ne doit prendre la voiture qu’après trois heures au minimum.

Pour conclure, il est possible de perdre son permis à cause de la consommation du CBD. Même si ce produit apporte de nombreux bienfaits à l’organisme, il peut devenir dangereux dans certaines situations. En effet, le cannabidiol est l’un des responsables des accidents sur la route. C’est donc normal que les mesures concernant ce produit soient renforcées. Il est à noter que le seuil maximum lors du dépistage dépend de la réglementation sur le CBD dans chaque pays. Il faut donc les connaître afin d’éviter les sanctions.

Ici, l’interview de Xavier Pizarro

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page