Le monde du CBD

Les boutiques de CBD ont intérêt à respecter la limite légale de THC

D’après les chiffres du Syndicat des professionnels du chanvre, la France comptait plus d’un millier de boutiques de CBD en 2021. Un bond considérable étant donné qu’il y a trois ans encore, il n’y en avait qu’une centaine. La preuve que cette filière suscite l’engouement des commerçants de plus en plus nombreux à tenter de tirer leur épingle du jeu. Et s’ils veulent rester dans la course, ils ont intérêt à respecter la limite légale de THC exigée par la loi. Il en va du bien-être de leur activité, mais aussi des consommateurs. L’histoire de deux fournisseurs de CBD à Carcassonne résume bien la situation.

Les boutiques de CBD doivent respecter la limite légale…

Dans l’Hexagone, la légalisation du CBD ne remonte pas à si longtemps. C’était en juin de 2021 quand le pays a décidé d’assouplir sa législation vis-à-vis de ce cannabinoïde. Enfin, pas si souple que ça puisque le système est encore soumis à une réglementation relativement stricte.

Du moins, en ce qui concerne la commercialisation. Eh oui ! La vente de produits à base de cannabidiol est autorisée à une condition. Que la teneur en THC ne dépasse pas la barre de 0,2%. Au-delà, les produits sont considérés comme psychotropes.

Inutile ainsi de préciser que les boutiques de CBD se doivent de respecter cette limite légale au risque d’enfreindre la loi. Ce qui est passible d’une peine d’emprisonnement et autres mesures pouvant nuire à leur activité. Pour comprendre la situation, prenons en exemple, le cas de deux fournisseurs amené récemment à faire face au tribunal correctionnel de Carcassonne.

Savez-vous pourquoi ? Parce que des enquêtes ont permis d’établir que les produits au CBD qu’ils commercialisent dépassent la norme réglementaire de 0,2%. À la femme à la tête de cet établissement juridique d’y apporter plus de détails :

Parmi les scellés, il y a de la résine, des fleurs et du pollen présentant des taux de THC oscillant entre 0,4 et 0,6%. Un des scellés révélera même un taux de 20%.

Ce qui mérite un emprisonnement de 18 mois avec sursis selon la procureure de la République ajoutant à la liste l’interdiction de gérer une entreprise pour 5 ans. De quoi donner de la sueur froide aux accusés qui peuvent se féliciter d’avoir profité de l’indulgence de la cour. Cette dernière s’est uniquement prononcée pour une peine de 12 mois avec sursis.

… Il en va de la sécurité des consommateurs

En dépassant la limite légale de 0,2% de THC, les boutiques de CBD s’exposent à des problèmes juridiques d’autant qu’elles mettent en péril leur activité. Plus encore, la sécurité des consommateurs est mise en jeu en différents points notamment liés aux effets du THC en tant que stupéfiant. Une situation qui intervient, alors que 10% des Français consomment d’ores et déjà du CBD étant conscient de son potentiel médical.

Tout cela pour dire qu’en cas de manquement à cette règle, un nombre considérable d’individus peuvent se trouver dans une mauvaise posture. La raison, la consommation à dose élevée de THC n’est pas sans risques.

À commencer par ses effets indésirables se manifestant à travers la panique, l’hallucination, la paranoïa, l’anxiété, le stress ou encore le délire. La confusion et la somnolence sont aussi de la partie sans parler des manques d’attention, de concentration et de réaction.

Soit, autant d’éléments qui ne sont pas uniquement pour nuire à la santé et au bien-être du consommateur. Il est également exposé à des résultats positifs en cas de dépistage de drogue. Pire encore, il risque de causer des accidents quand il est au volant. Simplement parce que sans le savoir, sa réactivité ou sa concentration sont en baisse et que la somnolence le guette.

Et la liste est longue, mais pour éveiller la vigilance des commerçants, la présidente du tribunal de Carcassonne a posé cette question :

Vous rendez-vous compte que ces produits sont vendus à des personnes pensant consommer du CBD et être en règle avec la loi ?

En Bref

La vente de produits à base de cannabidiol est un business qui a de l’avenir pour les boutiques de CBD. Pour espérer gagner en notoriété sur ce marché florissant, les commerçants se doivent de respecter cette limite légale. Quoi qu’il en soit, en l’état actuel des choses, il serait judicieux de se poser des questions cruciales. Peut-on construire quelque chose de solide sur le CBD, comment sera l’avenir, où va le marché ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page