Culture & plantation

Les révélations sur l’impact environnemental de la culture du chanvre

Pour les mêmes raisons que le tabac, la culture de cannabis jusqu’à sa récolte peut avoir des répercussions négatives sur l’environnement. Ces plantes vertes requièrent parfois l’utilisation de pesticides pour éloigner les insectes nuisibles. De même, l’engrais adopté peut renfermer des éléments chimiques sans oublier l’énergie et le système d’irrigation utilisés. Tous ces éléments peuvent avoir un impact non négligeable sur la biodiversité. Contrairement à cela, le chanvre est une plante exceptionnelle, capable de croître sans l’usage de pesticide. Mais la culture du chanvre CBD est-elle aussi nuisible ?

Différence entre chanvre et cannabis

Cannabis récréatif, chanvre, CBD, vous vous sentez sûrement perdu au milieu de ces appellations. En fait, c’est une question d’espèces, de variétés et de molécules qui différencient ces termes.

Le chanvre

Le chanvre est une variété de cannabis qui se caractérise par un taux de THC très bas. C’est pour cette raison qu’il se retrouve dans la plupart des produits alimentaires, cosmétiques, etc. Quant aux graines de chanvre, elles ont une propriété nutritionnelle intéressante.

Elles renferment, par exemple, une teneur importante en protéine (30%). Ces petites graines aux milles vertus ont par contre une faible teneur en acide gras. Ce sont de véritables alliés pour ceux qui recherchent une source de protéine naturelle végétale.

un homme en train d'emballer un joint de cannabis sativa

Le cannabis récréatif

Cette catégorie de plante renferme une teneur plus élevée en THC par rapport à la variété précédente. C’est ce qui en fait une drogue très puissante D’ailleurs, l’ONU confirme cette théorie en inscrivant la weed dans la liste des stupéfiants en 1961 à cause de ses effets psychotropes et euphoriques.

La plante de cannabis peut être consommée de plusieurs façons, à travers les fleurs, les feuilles ou encore la résine. Certains utilisateurs consomment même de l’huile de cannabis pour ressentir l’euphorie, l’effet relaxant ou pour stimuler leurs créativités.

Quelle est la façon la plus écologique de cultiver du CBD ?

En général, la culture du cannabis varie dans chaque pays. Mais, il y a trois méthodes précises que tous les cultivateurs peuvent adopter. Il s’agit de :

La culture Outdoor

La culture Outdoor permet aux végétaux de profiter de la lumière du soleil, des nutriments du sol et de l’eau de pluie. Cette technique est moins nocive pour l’environnement à condition de ne pas utiliser des pesticides pour protéger les plantes en pleine croissance.

La culture en serre

La culture en serre consiste à utiliser la lumière du soleil ou la lumière artificielle. Ainsi, l’impact environnemental de cette technique dépend de la source lumineuse que vous adoptez.

La culture Indoor

La culture Indoor utilise uniquement un éclairage artificiel, un système de ventilation, de chauffage. Dans certains cas, comme dans la culture hydroponique, les déshumidificateurs sont utiles. Comme vous pouvez le constater, cette méthode nécessite un gros investissement, mais elle offre une récolte de qualité et en quantité dans une seule période.

La culture en intérieur du CBD et ses effets néfastes

Même si la culture Indoor offre un rendement très avantageux, c’est la culture la plus néfaste pour l’environnement. Cette technique utilise une grande quantité d’électricité pour assurer la survie des fleurs de CBD. Or, ce type d’énergie contribue aux émissions de carbone dans l’atmosphère. De même, les cultivateurs utilisent une quantité d’eau importante.

Selon Jouke Piepenbrink, directeur du marketing de Dutch Passion, une entreprise de graines de cannabis basée à Amsterdam : « La consommation d’énergie est de loin le problème le plus important et peut être résolue en cultivant en serre plutôt qu’en intérieur“.

Pour être discrets, les producteurs illégaux de cannabis privilégient cette méthode de culture. Ils se tournent même vers les générateurs à diesel pour fournir l’électricité du réseau. Cela permet d’éviter tous soupçons liés à la hausse de la consommation de l’électricité.

une culture de chanvre industriel à l'intérieur

Le cas des États-Unis

D’après une étude publiée dans la revue Nature Sustainability, menée par les scientifiques de la Colorado State University, la production du cannabis est l’un des principaux émetteurs de dioxyde de carbone sur place associées à la production du cannabis aux USA.

Ainsi, la culture indoor de cannabis aurait provoqué une hausse de 1 à 4 % de la consommation d’électricité entre 2013 et 2018 à Denver. Une autre étude indique que le niveau de CO2 lié à la culture de la weed au Colorado avoisine les 2,6 mégatonnes. Cela représente une hausse de 1,3 % des émissions générales de l’Etat.

Comme vous pouvez le constater, l’émission de gaz carbonique dû à la marijuana est plus élevée que celle des cigarettes, café, charbon, etc. Pour réduire cette empreinte importante, les spécialistes recommandent la plantation de cannabis en serre ou en extérieur. Ces techniques pourraient aider à réduire les émissions de 96%.

En outre, l’usage d’une ampoule LED pourrait aussi être une solution envisageable. Mais, des recherches sont nécessaires pour confirmer l’efficacité de cette méthode.

Comment la culture de fleurs de CBD limite les dégâts environnementaux ?

Les produits au CBD sont issus d’une culture de chanvre industriel. Elle présente à la fois des avantages économiques, mais aussi écologiques.

Une culture écologique du CBD

Contrairement à la plante de cannabis, le chanvre comporte des racines profondes qui ont besoin d’une quantité d’eau limitée. Sa plantation ne demande aucun aménagement particulier, notamment à des techniques d’irrigation compliquées. En d’autres termes, il est en mesure de grandir tout seul sans complication.

Le chanvre, plante-mère des cannabinoïdes, résiste parfaitement aux conditions environnementales difficiles. Vous n’avez pas besoin d’ajouter des insecticides ou herbicides pour favoriser ce type de culture. Grâce à sa capacité à stocker le CO2, il résiste aux variations météorologiques, et surtout au réchauffement climatique.

Un secteur bien contrôlé

La production de chanvre industriel, destinée à fabriquer des produits CBD, n’est pas une menace imminente pour l’environnement dès lors que la culture des jeunes plantes se passe très bien. Il faut tout simplement que le chanvre choisi réponde à des critères de culture bien stricts.

D’ailleurs, la culture de chanvre ne se limite pas à la production d’huile de CBD et autres produits au cannabidiol. Le chanvre est aussi utile dans d’autres domaines comme : la fabrication de matériaux de construction, de papier et de tissu.

une scientifique en train de faire des recherches dans son laboratoire

Choisir du CBD écologique

Pour que la vente de cannabidiol soit autorisée en France, les commerçants de CBD doivent présenter des produits finis à base de CBD issus d’une culture de chanvre industriel. Au moment où vous achetez votre crème CBD, renseignez-vous sur son origine. Vérifiez sur l’étiquette si la culture respecte la nature et n’utilise aucuns pesticides pendant la production et l’extraction.

Normalement, la technique d’extraction doit s’afficher sur le produit. La méthode CO2 supercritique est la plus écologique parmi toutes les méthodes d’extraction existantes. Ce solvant « vert » n’est pas du tout toxique ou polluant. Prenez donc bien votre temps pour comparer les différents produits CBD pour mesurer l’impact environnemental de ces derniers.

Les avantages du chanvre bio sur le sol

Le CBD est une molécule remplie de bienfaits encore méconnus sur le plan de la santé. C’est un anti-inflammatoire très puissant qui peut atténuer les douleurs articulaires et musculaires. Il procure aussi des effets relaxants en régularisant le stress, l’anxiété et le sommeil.

Ses vertus thérapeutiques arrivent même à soulager le symptôme de certaines maladies telles que la maladie d’Alzheimer, l’épilepsie de l’enfant, la maladie de Crohn et le cancer. Cette substance naturelle ne présente aucun risque particulier pour l’homme.vertus




Pour conclure, vous devez d’abord connaître l’origine du chanvre à cultiver avant de vous lancer dans la production industrielle. Jusqu’ici, seule l’extraction CO2 supercritique reste l’unique option à adopter pour minimiser l’impact environnemental de la culture du cannabidiol. Certes, cette méthode utilise du solvant, mais il n’est pas du tout toxique et polluant. En tant que consommateur, choisissez de préférence des produits au CBD sains qui répondent à votre conscience écologique afin de limiter vos dégâts sur la biodiversité. De plus, c’est aussi une manière d’adopter un nouveau mode de vie avec zéro déchet.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page