Interviews
A la Une

Le marché du tabac et du cannabis en France

Depuis quelques décennies, la France s’est lancée dans une guerre contre la drogue. Les substances à potentiel addictives n’ont pas toujours le même statut dans l’Hexagone. Le tabac ne fait pas simplement l’objet de restrictions d’usage et de publicité, mais aussi d’une taxation spécifique. Pour le cannabis, la France ne semble pas encore prête à s’ouvrir à de nouvelles perspectives de légalisation. Pourquoi une telle différence de perception ? Jean-Pierre Couteron — psychologue clinicien spécialisé dans la question des addictions — explique son point de vue dans un podcast réalisé sur le plateau de Parlons Canna.

Photo de tabagisme danger

Alcool, tabac, cannabis : La France en proie à l’addiction

Les Français font partie des plus gros consommateurs d’Europe en matière de drogue. Nous sommes même le leader du continent quand il s’agit du cannabis selon l’OEDT (Observatoire européen des drogues et des toxicomanies). La France est l’un des États les plus réfractaires à l’égard de la légalisation de la marijuana, thérapeutique et récréative. Ce marché, bien que très prometteur, peine à décoller sur le territoire.

La question qui se pose : « N’y a-t-il pas une erreur quelque part ? ». En effet, Jean-Pierre Couteron rappelle dans une interview accordée à Parlons Canna la lourdeur des sanctions pénales liées à la consommation et à la distribution de cannabis. Mais les chiffres démontrent que cette politique répressive semble inefficace. Sinon, on aurait assisté à une baisse significative de l’usage de cette substance illicite au cours de ces 50 années de « guerre » sans merci.

Par ailleurs, les résultats de nombreuses recherches prônent de plus en plus les avantages d’une réforme quant aux réglementations liées à ce produit. La France, elle, fait encore la sourde oreille. Le marché légal du cannabis pourrait-il alors gagner ?

Tabac et cannabis : un potentiel addictif différent

On a pu remarquer ces dernières années que les personnalités publiques pro-légalisation osent progressivement se lancer dans une campagne de sensibilisation par rapport aux enjeux d’une réforme. On parle par exemple de la proposition de loi n° 2099 de François‑Michel Lambert. Pour rappel, cet élu des Bouches-du-Rhône milite pour une légalisation contrôlée. Vous pouvez d’ailleurs revoir le document dans le précédent lien. Vous y trouverez davantage d’informations sur les arguments avancés par le député et ses confrères.

Outre les raisons « évidentes » pour considérer la décriminalisation du cannabis, Jean-Pierre Couteron aborde également le sujet de la description erronée de celui-ci auprès du public français. De plus en plus d’études démystifient les croyances populaires qui ont participé à la diabolisation de la plante. Ces recherches ont mis en évidence le potentiel infiniment plus addictogène du tabac par rapport à la marijuana. Il a été prouvé que les consommateurs auraient tendance à moins accrocher à la marijuana.

Une autre différence majeure au niveau du profil pharmacologique

De nombreux adeptes du tabac pensent que la nicotine est moins nocive que fumer des joints. Même si le tabac et la marijuana sont des substances très différentes, ils peuvent bel et bien causer de dégâts à vos poumons. Une étude menée par l’Institut de recherche médicale de Nouvelle-Zélande affirme que fumer un seul joint équivaut à « fumer 2,5 à 5 cigarettes ».

Toutefois, il faut prendre en compte la méthode d’administration du produit. On cite entre autres l’utilisation des vaporisateurs qui constituerait un moyen d’inhalation de cannabis plus sécuritaire.

La marijuana n’a pas que des points négatifs

De son côté, le tabac dispose en réalité d’un inconvénient de taille : un effet pharmacologique inexistant. Dans son intervention au micro de Parlons Canna, Jean-Pierre Couteron parle surtout d’un « effet social ». Qu’est-ce que cela signifie exactement ? Eh bien, la majorité des adeptes du tabac fument uniquement à cause de l’interaction sociale que cela crée, et les producteurs du tabac eux-mêmes ont contribué à son expansion. En effet, il a été longtemps plébiscité qu’une femme qui fume de la cigarette est par exemple une femme émancipée. Il en est de même pour les hommes. Lorsqu’on les interroge sur l’effet réel du tabac, ils parlent pourtant d’un ressenti désagréable.

Pour ce qui est du cannabis, les consommateurs rapportent soit un effet désagréable, soit (au contraire) une sensation agréable. Cela signifie déjà que la marijuana présente un profil pharmacologique intéressant. Le fait de limiter les risques de dépendance psychologique ou physiologique au THC reste encore à discuter. Mais cette analyse permet déjà de faire la différence entre le tabac et la marijuana.

Photo de cancer tabac danger

Tabac et alcool : C’est aussi un enjeu financier

Les leaders de l’industrie du tabac se targuent de plusieurs décennies d’expérience dans le marketing de leurs produits. Cela concerne même la promotion auprès des enfants et des adolescents. Rappelez-vous de ces placements de produits à travers les personnages de dessins animés. Les spécialistes dans ce domaine dépensent d’ailleurs des sommes considérables pour gagner en adeptes. Malgré la restriction des publicités favorisant le tabagisme, ce marché rapporte énormément.

D’après Jean-Pierre Couteron, cela ne durera pas. Cela serait en réalité à cause de cet effet pharmacologique inexistant. Or, le lobbying des cigarettes en faveur des produits du tabac continue encore de promouvoir la dépendance à la nicotine.

On se demande alors pourquoi la France ne montre pas plus de flexibilité quant à la consommation et la distribution de cannabis ? Il ne serait pas tout à fait illogique de dire qu’il s’agit en grande partie de bénéfices financiers importants. Il en est de même pour l’alcool. Pour l’instant, les spécialistes de cette industrie n’auraient pas encore suffisamment d’informations sur les profits exacts à obtenir de la légalisation du cannabis. Pour le docteur Couteron, cette situation changera dès que des chiffres concrets que peut rapporter un marché légal du cannabis seront disponibles. Il ne serait ainsi pas étonnant de les voir soutenir les cannabiculteurs.

De son côté, l’État français perçoit aussi des taxes relativement conséquentes par rapport à l’industrie du tabac. Une ressource fiscale non négligeable qu’il serait dommage de s’en priver. Tout cela semble indiquer que le marché du cannabis légal en France a encore du chemin à parcourir. La décriminalisation de cette substance reste néanmoins possible.

Une politique a priori anti-cancer

Si la politique de lutte contre la drogue en Hexagone est bien présente, ces dispositions émaneraient surtout d’une stratégie de lutte contre le cancer. Alors, certes, les risques de cancer de la gorge et du poumon sont toujours présents quand on fume de la marijuana, mais le tabac causerait plus de dégâts.

En effet, 61,7 % des décès enregistrés seraient liés au tabagisme en France. Des chiffres ahurissants qui méritent une attention particulière. C’est d’autant plus vrai quand il s’agit de protection de la santé et de sécurité publique. Quant à l’alcool, il est aussi un cancérogène. Il serait responsable de « 11 % des cancers chez les hommes et de 4,5 % des cancers chez les femmes ». L’OMS met l’accent sur le fait qu’il s’agit de la deuxième cause évitable de mortalité. (Le tabac est en tête de liste.)

Tout cela pour dire que le cannabis constitue un produit peut-être moins dangereux que les autres drogues « licites » comme le tabac et l’alcool. Toutefois, il convient de dire que personne ne dément son potentiel nocif pour la santé. Il convient tout de même d’approfondir les connaissances sur le sujet pour favoriser une utilisation plus sécuritaire.

Quoi qu’il en soit, le tabac et l’alcool sont toujours tolérés en France. Tandis que la marijuana est encore diabolisée. Pour le gouvernement, le sujet de la légalisation — bien que souvent au centre des débats — n’est pas encore à l’ordre du jour. L’autorisation de l’usage médical du cannabis a même été repoussée d’un an. En attendant les changements de situation éventuels, retrouvez déjà le podcast du psychologue Jean-Pierre Couteron. Un podcast inspirant à découvrir absolument !

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page