Le monde du CBD

Quel cannabinoïde est le plus fort ?

Savez-vous pourquoi le cannabis est considéré comme une plante aux multiples vertus ? C’est parce qu’il peut compter sur les différents cannabinoïdes qu’il renferme. Et l’on peut dire qu’ils sont bien nombreux puisqu’il en existe plus d’une centaine. Mais pour répondre à cette question, il faut se focaliser sur les cannabinoïdes les plus connus et présents sur le marché. Et là encore, la liste est longue, mais pour s’y retrouver, il faut faire le tri entre les différentes catégories.

Il existe différentes catégories de cannabinoïdes

Vous l’aurez deviné. Les cannabinoïdes sont de la liste des molécules du cannabis. Leur particularité ? Ils ont tendance à interagir avec le système endocannabinoïde de notre corps. Cannabinoïde et endocannabinoïde, il y a de quoi titiller la curiosité non ?

Concrètement, les cannabinoïdes agissent sur les récepteurs endocannabinoïdes. Le CB1 qui se trouve dans le système nerveux central et le CB2 fort de sa présence dans les cellules du système immunitaire. Parmi les cannabinoïdes concernés figurent le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). Là encore, leurs noms font le lien avec leur relation ces récepteurs, mais quelle est la différence ?

Le THC fait planer en jouant de son influence sur le CB1. Ce qui est loin d’être le cas pour le CBD qui se contente de jouer son rôle de régulateur pour garantir santé et bien-être à son hôte. De ce fait, le THC est principalement utilisé pour des usages récréatifs si le CBD est destiné à des fins thérapeutiques.

D’où l’existence des deux principales catégories. Les cannabinoïdes récréatifs et les cannabinoïdes médicinaux. Mais pas seulement puisque les recherches ont permis à une autre catégorie de s’intégrer à la liste. Les cannabinoïdes synthétiques.

Synthétiques ?

Certains cannabinoïdes sont intégrés dans cette catégorie pour une raison précise. Ils n’existent pas de façon naturelle dans les plantes de cannabis. S’ils ont vu le jour, c’est uniquement, grâce à des manipulations en laboratoire.

L’hexahydrocannabinol (HHC) est l’un d’eux. Son existence, il le doit à Roger Adams faisant appel au processus de l’hydrogénation du THC pour le synthétiser. Ce qui a fait du HHC une molécule indépendante, mais issue du tétrahydrocannabinol. Et il n’est pas le seul puisque beaucoup d’autres peuvent s’ajouter à la liste. À savoir, le K2, le Spice, les benzoylindoles (AM-2233), les phénylacétylindoles (JWH-250) et les naphtoylindoles (JWH-018).

Ces différentes molécules ont certes leur particularité, mais une chose est certaine. Elles sont reliées à un point. Leur interaction avec les récepteurs endocannabinoïdes.

Oui, mais lequel de tous ces cannabinoïdes est le plus fort ?

La réponse à cette question dépend en fait du résultat attendu. Médical, récréatif ou les deux à la fois.

L’avantage au CBD dans le domaine médical

D’après différentes études, toutes les catégories de cannabinoïde sont dotées de pouvoir thérapeutique. Mais pour l’heure, l’avantage est accordé au CBD dans la mesure où les résultats attendus sont directement liés au domaine médical. C’est simple, le cannabidiol a redoré l’image du cannabis, grâce aux nombreuses vertus médicinales garantissant sa notoriété. Le CBD est un composant vertueux sollicité en médecine pour ses effets :

  • Inflammatoires soulageant les douleurs chroniques, musculaires, articulaires ;
  • Immunomodulateurs équilibrant le système immunitaire et luttant contre le stress oxydatif ;
  • Anxiolytiques luttant contre l’anxiété et favorisant la détente et la relaxation.

L’on peut y ajouter ses impacts bénéfiques sur la santé de la peau, les troubles neurologiques. Tout cela, sans parler de ses effets prometteurs dans la lutte contre les cancers du sein métastasés ou encore ses capacités inhibitrices des maladies dégénératives.

Et la liste est longue, mais pour faire court, le CBD n’a pas fini de faire parler de lui. À savoir cependant. Les autres cannabinoïdes à l’instar du THC et du HHC commencent aussi à se faire connaitre dans ce domaine.

Le THC s’attire le mérite dans le domaine récréatif

Si le CBD détient l’avantage dans le domaine médical, la situation est toute autre quand le résultat escompté relève de la catégorie récréative. C’est simple, le THC est l’unique molécule capable de faire planer en agissant sur le récepteur CB1 du système endocannabinoïde.

De ce fait, le THC peut se targuer d’être le cannabinoïde le plus fort dans sa forme naturelle. Et là encore, il faut préciser que la compétition se joue entre trois variétés. Le Delta 8 THC, le Delta 9 THC, le Delta 10 THC. Dans le lot, c’est le delta-9-tétrahydrocannabinol qui domine la plus haute marche du podium. C’est le psychoactif le plus puissant des cannabinoïdes naturels.

Mais qu’en est-il des synthétiques ?

À titre de rappel, les cannabinoïdes synthétiques ont vu le jour, grâce à des manipulations en laboratoire du THC. En une phrase. Ce sont des molécules de tétrahydrocannabinol. La question est de savoir si elles sont plus puissantes que le Delta 9 THC en matière d’effet psychoactif. La réponse est oui. Du moins, pour la grande majorité d’entre elles.

Ce serait bien le cas en ce qui concerne le JWH-018 de la catégorie des naphtoylindoles. Les études ont démontré que sa puissance est trois fois plus élevée. Situation similaire du côté du THC-O dépassant respectivement de 3 et de 5 fois la prouesse du Delta 9 THC et du Delta 8 THC.

Mais puisqu’il est question de la catégorie synthétique, les indicateurs pointent vers le tétrahydrocannabiphorol communément connu sous le nom de THCP. La communauté scientifique aime à croire que c’est le cannabinoïde le plus puissant qui puisse exister. Pour le comprendre, il faut regarder du côté de sa structure chimique. Celle-ci comporte 7 atomes de carbone dans sa chaîne latérale alkyle.

De ce fait, le THCP se dresse tout en haut des classements. Simplement parce que la plupart des cannabinoïdes ne comportent que 5 atomes de carbones. Résultat, la puissance du tétrahydrocannabiphorol est 35 fois plus élevée une fois comparée à celle du Delta 9 THC.

Le HHC sert de connexion entre les deux

Il arrive aussi que les consommateurs cherchent à profiter des avantages de ces deux mondes en combinant les vertus thérapeutiques et l’usage récréatif. Et puisqu’il est question de trouver le cannabinoïde le plus puissant dans ce domaine, les regards se tournent vers l’hexahydrocannabinol. Eh oui ! Cette fois, le mérite revient au HHC. Allons découvrir pourquoi.

Les effets euphorisants sont au rendez-vous

Comme susmentionné, le HHC fait son apparition, grâce au processus d’hydrogénation du THC. Nul besoin de préciser qu’avec cette molécule, les effets euphorisants sont aussi au rendez-vous. Après tout, l’effet high est la principale raison expliquant le choix des consommateurs pour la catégorie récréative.

Ainsi, il serait utile de savoir que le HHC a pour particularité de faire profiter des avantages du Delta 8 THC et du Delta 9 THC. Sa consommation promet à la fois les effets high du D9 et les qualités relaxantes du D8.

C’est plutôt cool, non ? De plus, l’hexahydrocannabinol ne risque pas de vous apporter des ennuis. Son usage est légal dans de nombreux pays d’autant qu’il est aussi plus accessible financièrement étant donné que son coût est comparable à celui du Delta 8 THC.

Les vertus thérapeutiques aussi

En choisissant le HHC, les consommateurs font d’une pierre, deux coups. Ils profitent des effets récréatifs de cette molécule de THC tout en améliorant leur état de santé. Simplement parce que l’hexahydrocannabinol est aussi riche en vertus thérapeutiques.

À l’instar de son cousin le CBD, le HHC peut être un antidouleur, un régulateur d’anxiété, un anti-nauséeux, un neuro-protecteur, anti-inflammatoire ou encore un régulateur de sommeil. En fait, tout porte à croire que cette substance représente toutes les propriétés médicinales du cannabidiol. Mais pour en avoir le cœur net, il faudrait patienter encore un peu. Les scientifiques commencent à peine à concentrer leurs recherches sur le sujet.

Quoi qu’il en soit, les résultats risquent d’être promettant. La preuve, il a été révélé que le HHC a aussi le potentiel de combattre le cancer du sein. Tout cela, grâce à ses propriétés inhibitrices de la croissance des cellules tumorales.

En Bref

Quel est le cannabinoïde le plus fort ? La réponse à cette question varie en fonction des résultats attendus. Le cannabidiol CBD pour ceux qui veulent profiter uniquement des vertus thérapeutiques du cannabis. Le tétrahydrocannabiphorol THCP pour ceux en quête de sensations fortes et euphoriques. L’hexahydrocannabinol HHC pour les individus qui veulent profiter au mieux des avantages de ces deux univers à la fois. Après tout, le HHC est un moyen légal pour planer en France et dans de nombreux États en Europe ou aux USA.

Prudence cependant, une dose élevée de HHC peut entraîner des résultats positifs en cas de dépistage de drogue. Simplement parce que le HHC se décompose en 11-hydroxy-HHC une fois dans l’organisme, alors que la plupart des tests d’urine détectent la présence de cet élément. Inutile de préciser que les catégories synthétiques encore plus puissantes ne risquent pas d’y échapper. Ce, en faisant notamment allusion au THCP, au THC-O, au THCH ou au THCV.

Dans le lot, c’est le THCV qui mérite une attention particulière. Simplement parce qu’en plus d’être plus puissant que le THC, il a pour particularité de réunir le Delta 8, 9 et 10. De quoi, éliminer les chances de récolter un résultat négatif. Puis, n’oubliez pas qu’un test salivaire a récemment fait le buzz en révélant des résultats positifs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page