Podcast

Sébastien Béguerie [épisode finale]: Le grand retour de Kanavape

Sébastien Béguerie, pionnier du CBD en France et en Europe, est un homme aux multiples casquettes. Dans le premier épisode, nous avons vu ses débuts dans la science des cannabinoïdes. Les deuxième et troisième épisodes retracent son parcours d’entrepreneur marqué par la naissance de Kanavape. Mais l’apparition de la première cigarette électronique au CBD s’est transformée en un combat judiciaire dans l’épisode 4. Fervent défenseur du CBD, il remporte la victoire avec les honneurs. Découvrez le retour du phoenix dans ce dernier épisode.

Coupable mais sans peine

En 2016, les chefs d’inculpation tombent. Sébastien Béguerie ainsi que son associé de l’époque se retrouvent sur le banc des accusés le 4 décembre 2017, au tribunal correctionnel de Marseille. Chacun vient avec son avocat respectif. Sébastien se fait représenter par l’avocate qui l’a suivi dans l’affaire des 19 pieds de cannabis découverts à son appartement pendant la perquisition. Quant à son ami, il est défendu par Dupont Moretti.

Pour Sébastien, c’est un premier procès, duquel il s’en sort plutôt bien. De cette histoire, il est jugé coupable mais sans peine. Comme Bertrand Rambaud, son dossier médical a eu raison de lui. Le témoignage de son père lui a aussi été d’une aide cruciale. Il raconte que pendant son burnout, il a dû recourir au cannabis médical pour ne pas finir à l’état végétatif à cause de la lourdeur du traitement chimique qu’on lui a prescrit.

Pour faire bouger les choses, Sébastien et son avocate saisissent la cour d’appel. Afin d’obtenir justice, ils plaident sur le fait que la France n’a pas les lois qu’il faut pour juger la chose. Ce qui les conduit devant la Cour de Justice de l’Union Européenne pour une question préjudicielle. A ce moment de l’histoire, une alliée inattendue va se présenter, et c’est l’Europe. 

Trafic international VS libre échange des marchandises

En 2019, Sébastien se sépare de son avocate et se tourne vers un ancien ami, qu’il a connu bien avant l’affaire Kanavape : Maître Xavier Pizarro. Il lui propose donc de reprendre son dossier. Pour la défense de son client, l’avocat mise sur l’argument du libre-échange des marchandises, un domaine qu’il connaît très bien. Il s’avère qu’en plus cela coïncide parfaitement avec le scénario.

En novembre de la même année, les deux hommes partent au Luxembourg, en destination de la CJUE. À leur grande surprise, beaucoup de magistrats européens ont plaidé pour Kanavape. Ils voulaient faire plier la France et faire légaliser le CBD. 

La libération de Kanavape

Maître Pizarro soutient que Kanavape est une marchandise et non un produit agricole puisqu’il passe par les processus de transformation et de reformulation. Certains magistrats présents partagent son point de vue, d’autres non. Malgré les divergences, Kanavape l’emporte et le verdict est sans appel. Le 19 novembre 2020, le juge rend illégal l’interdiction en France de la commercialisation du cannabidiol, soulignant que cette molécule présente dans le chanvre cannabis sativa, n’a pas d’effet psychotrope ni d’effet nocif sur la santé humaine. Pour couronner le tout, la CJUE statue que le CBD n’est pas un stupéfiant. 

Suite à cette libération, la France sort le 31 décembre 2021, une jurisprudence qui porte le nom de la marque, l’arrêté Kanavape. Désormais, tous les acteurs du CBD vont pouvoir se servir de cet instrument juridique pour faire valoir leur droit. Sébastien Béguerie ouvre officiellement la voie de l’industrie du CBD en France.

Retour en Aix en Provence

Après le rendu exceptionnel de la CJUE, le procès de Sébastien Béguerie se poursuit à la cour d’appel d’Aix en Provence, qui doit rendre son jugement final. Après 7 ans de procédure, tous les chefs d’accusation sont annulés, sauf la consommation de stupéfiants. C’est la seule chose sur laquelle il est jugé et écope d’une amende forfaitaire de 250 euros.

La victoire de Kanavape renverse les codes. La France finit par plier et modifier ses lois en autorisant la culture et la transformation de toutes les parties de la plante de chanvre. De même pour la commercialisation des produits à base de dérivés de CBD, sauf la fleur brute. Un arrêté du 30 décembre 2021 en interdit la vente au grand public. Maître Pizarro et ses amis ont continué de militer auprès du Conseil d’Etat, pour faire suspendre cet arrêté. Grâce à cela, les fleurs de CBD sont toujours en vente libre à ce jour. 

L’évolution du vape pen

Au début du marché du e-liquide cbd en 2014, les dispositifs pré-remplis connectés à une batterie ont fait leur apparition et le CBD substitue à la nicotine. Depuis Kanavape, la technologie a évolué, surtout au niveau des matériaux: cartouches en céramique, verres médicaux… Le contenu a aussi progressé vers des modèles américains avec des extraits à vaporiser directement. Aujourd’hui, le produit est plus pur et plus concentré, avec moins d’agents additifs, et le côté gustatif est très présent grâce aux infusions en terpènes. Même sans consommer des masses, les cannabinoïdes entrent dans le sang en cinq minutes avec des effets rapides. Utilisé au quotidien pour déstresser, le vape pen devient un lifestyle. Par ailleurs, il est aussi un produit anti-fumeur très discret qui ne dérange pas les autres. Bref, Kanavape est fait pour la société actuelle.

Le futur de Kanavape

Sébastien Béguerie ne porte pas souvent la casquette de businessman, jusqu’en 2022 où il décide de changer de stratégie. Avec l’évolution du marché CBD, une démocratisation est en train de se faire, s’affranchissant des tabous et des clichés du genre fumeur, stoner, baba cool et rastaman. 

Selon Sébastien, le futur c’est de faire rentrer le CBD et le chanvre dans les ménages à tous les niveaux, pour se décontracter le soir, à ajouter dans les plats de tous les jours, etc. Il explique que la graine de chanvre est bourrée de protéines, et qu’en plus la culture ne nécessite pas le recours aux pesticides, pollution du sol en moins! Ainsi, c’est toute une démarche écologique qui s’inscrit dans l’air du temps.

Un produit pour chaque profil de consommateur

Le jeune entrepreneur voit différents types de segments en fonction des populations C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il ne s’est pas focalisé sur la vape et a créé trois marques différentes. D’après son expérience, il faut pouvoir parler aux gens à travers leur identité et leurs codes. 

La nouvelle génération de vape 

D’un côté, il y a Kanavape qui est plus dans l’univers de la vape à fort taux de CBD. D’un autre, un des phénomènes d’actualité sont aussi les dispositifs de recharge et de jetable. Par exemple, Golden Buds dispose d’un système de recharge de cartouches en PG/VG en seringue, ainsi que le concentré à fort taux de cannabinoïdes en seringue. Avec une capacité de 1 ml, cette dernière permet de recharger une cartouche vide de 0.5 ml deux fois, soit l’équivalent de 200 bouffées. Pour un consommateur moyen, ça lui permet de tenir une semaine. On a donc un produit moins cher, plus sain, et qui ne pollue pas les autres puisque c’est de la vapeur.

Le e-liquide CBD classique

Sur Kanavape, il existe une version plus entrée de gamme et accessible que Golden Buds. Celle-ci est plus orientée vers une formule PG/VG CBD. Concrètement, la différence c’est qu’il s’agit d’un e-liquide CBD classique beaucoup moins concentré, sur du 10%, avec des arômes connus comme la fraise, mojito, pomme, menthe, etc. Grâce à cette gamme, Kanavape s’est beaucoup plus démocratisée. Ceux ou celles qui ont encore des à priori sur le cannabis peuvent tenter leur première expérience sur un produit sain et discret. 

Le nouveau vape pode au CBD

Au cours de ces six derniers mois, un nouveau phénomène est apparu: le vape pode. Il s’agit d’une cartouche et d’une batterie combinées en un seul appareil. Les cartouches sont déjà pré-remplies, et le consommateur n’a plus qu’à ouvrir son paquet et tirer comme une cigarette sans allumage. Cerise sur le gâteau, il se décline sous plusieurs goûts sympathiques comme la fraise tagada, caramel, tarte tatin, chocolat, etc. Pour le consommateur lambda, il n’est plus question de fumer du CBD, mais plutôt un moyen de fumer facile avec de bons goûts, même si le pode contient de la nicotine. 

Devant cette nouveauté, Sébastien se dit 

“Si c’est ce que les gens veulent, on va le leur offrir mais avec le CBD”. 

Dans cette optique, il travaille sur une nouvelle gamme de vape jetable aux goûts fruités: mangue, ananas, mojito, coca cola, pomme et fraise. Dans la formulation, il reste sur du 10% de CBD, et du PG/VG végétal.

Kanavape is back

Maintenant que les problèmes judiciaires sont derrière, Kanavape is back. Pour Sébastien, le parcours a été difficile mais le voyage continue. 

Au-delà de tout ce qu’il a créé, il garde un profond respect pour les anciens et les acteurs du CBD. Quant à l’avenir, il est certain qu’avec son background de valeur, les utilisateurs sont confiants qu’ils consomment des produits authentiques et de qualité et fiables. Le marseillais est convaincu qu’ils n’hésiteront pas à tester la nouvelle vague de produits au retour du phoenix. 

D’ailleurs, il prépare déjà une nouvelle gamme dans le segment compléments alimentaires adaptogènes de Golden Buds. Un nouveau mouvement dans la phytothérapie, le new age et le bien-être est en train de se créer. Pour en savoir plus sur les avancées sur Kanavape et Golden Buds, rendez-vous au salon international du CBD à Paris.

Avant-goût du concept adaptogène

Si nous connaissons bien les principes actifs des plantes et leurs bienfaits sur la santé, ceux des champignons sont encore méconnus. Ils possèdent des propriétés intéressantes sur le système immunitaire, l’autorégulation et la production d’hormones. Sébastien affirme que tout ce que nous mangeons, notamment les produits chimiques, affecte directement notre production d’hormones et cause des problèmes d’infertilité. Selon lui, le concept adaptogène a pour but de faire consommer des plantes et des champignons pour booster le système au niveau interne, en contrepartie de la nourriture malsaine que nous ingérons. 

La nouvelle gamme qui arrive sur Golden Buds est composée d’une association de 7 champignons comestibles. C’est un concept qui vient tout droit des États Unis, sous forme de complément alimentaire qui va booster le système immunitaire, hormonale et cognitif. Consommé avec le CBD,  une alchimie va se créer dans le corps, amenant à un état de bien être et de détox. 

Qu’est-ce que tu changerais?

Sébastien Béguerie ne changerait rien car pour lui, chaque expérience, aussi dures qu’elles aient été, lui ont beaucoup appris. Un parcours d’entrepreneur est toujours fait d’obstacles à surpasser pour pouvoir avancer. Il poursuit en disant qu’il n’y a qu’une chose qu’il ferait et qu’il n’a pas fait, c‘est un cursus axé sur le business. En effet, il a vécu le côté entrepreneurial comme une aventure en apprenant sur le tas. En même temps, c’est ce qui fait toute son authenticité. Pour lui, le parcours fait ce qu’on est, et changer quelque chose ferait de lui une personne différente.

Un mot pour les producteurs de CBD?

Pour le producteur, je lui dirai de restructurer sa filière, comme c’est déjà le cas avec la FPC dans le cadre de la revendication d’une agriculture française du chanvre. Il les encourage à continuer un travail de qualité et de lobby malgré les difficultés, notamment sur le fait de pouvoir utiliser des fleurs adéquates. En effet, à ce jour, les variétés qui proposées sont celles inscrites au catalogue européen, qui malheureusement ne produisent pas des fleurs pour du CBD mais pour du textile.

La bonne nouvelle c’est qu’une nouvelle filière est en train de s’ouvrir depuis plus d’un an: l’expérimentation du cannabis médical. Il est maintenant possible d’obtenir des licences de recherche pour produire des variétés développant certains cannabinoïdes, des méthodes d’extraction et autres activités liées au cannabis médical. A voir comment ça va se développer.

Qu’est-ce que tu dirais aux magasins de CBD?

Les magasins et les revendeurs représentent un marché d’un milliard d’euros en France. N’oublions pas que ces commerces paient leurs taxes et emploient des gens. Le plus formidable est qu’ils créent aussi un lien social avec la communauté. Grâce à eux, beaucoup de consommateurs ont pu sortir de leur dépendance au THC et se sentir plus motivés dans la vie. Ainsi, on se rend compte que le cannabis n’est pas que de la science et du business, mais il y a un côté social qui nous regroupe tous, comme à travers ce podcast. Effectivement, la plante nous connecte à d’autres humains, et nous rassemble dans le même combat pour légitimer la filière auprès du producteur, du vendeur et du consommateur. 

Et aux consommateurs de CBD?

Quant aux consommateurs, c’est à eux de faire le choix de revendiquer l’usage qu’ils font du CBD. Essayez le produit pour ses bienfaits, informez-vous de ce que vous consommez, lisez les marques et les étiquettes sur le packaging. Allez sur le site internet, posez les questions aux revendeurs et aux producteurs pour mieux connaître votre produit. Finalement, les meilleurs experts sont les consommateurs.

Le mot de la fin

Pour terminer ce podcast en beauté, notre invité fait passer un message fort:

“Ne lâchez pas vos inspirations, vivez vos rêves car la réalité dépasse la fiction. Allons-y en toute joie et bonne humeur!”

Retrouvez les cinq épisodes de la formidable épopée de Sébastien Béguerie sur Parlons Canna.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page