Actualités
A la Une

Suisse : levée de l’interdiction du cannabis médical au 1er aout

Le cannabis est mondialement connu pour ses nombreuses vertus. De nombreux médecins et thérapeutes conseillent même son utilisation dans certains traitements. Cependant, cette plante n’est pas encore considérée comme un médicament. De plus, sa vente et son utilisation restent encore prohibées dans de nombreux pays. Heureusement, après une lutte acharnée, l’interdiction sur le cannabis médical continue d’être levée dans plusieurs pays, dont la Suisse à partir du 1er août 2022.

La légalisation du cannabis médical en Suisse

Comme de nombreuses personnes ont besoin du cannabis médical, le gouvernement suisse a commencé à élaborer une loi sur la libéralisation de la consommation de cette plante depuis 2020. Après de nombreuses concertations entre les élus, les personnels médicaux et thérapeutiques et les patients, en août 2022, l’interdiction du cannabis médical sera levée.

Le vote pour le cannabis médical

Le cannabis a créé plusieurs débats en Suisse. Les dirigeants avaient du mal à accepter ses vertus. En effet, on l’associe bien souvent aux effets psychotropes de la plante. Pourtant, le cannabis médical n’est en aucun cas dangereux. Après quelques études effectuées, de nombreux membres du Conseil d’État ont été convaincus de ces bienfaits. Ainsi, ils ont voté pour permettre une distribution contrôlée de cette plante et des produits qui en proviennent.

Suivant la proposition de la loi par le Conseil Fédéral, le Conseil d’État suisse a accepté le cannabis médical. La loi sur les stupéfiants a été modifiée et le cannabis médical peut désormais être prescrit par les médecins sans que les patients aient besoin d’une autorisation exceptionnelle.

fleur de cannabis en boite

Faciliter l’accès au cannabis médical

Le cannabis médical est consommé par de nombreux patients dans le cadre de complément de traitement. Cependant, en Suisse, les patients ne pouvaient y avoir accès qu’en ayant une autorisation spéciale. Jusqu’à aujourd’hui, seul l’Office Fédéral de la Santé Publique pouvait donner cette autorisation. Ainsi, la consommation de cannabis médical reste limitée.

Les statistiques ont montré que de plus en plus de personnes ont besoin du cannabis médical dans leur quotidien. Rien qu’en 2019, l’Office Fédéral de la Santé Publique a octroyé recensé plus de 3 000 autorisations. Les patients qui ont effectué ces demandes avaient besoin de cette plante pour se soulager rapidement. Pourtant, les démarches pour recevoir l’autorisation sont longues. Ainsi, la même organisation a proposé que les patients devaient avoir accès aux produits à base de cannabis médical sans passer par la bureaucratie.

Ainsi, le 22 juin dernier, le gouvernement suisse a déclaré qu’à partir du 1er août, le cannabis médical ne sera plus interdit. Il sera ainsi plus facile d’accéder au cannabis médical. Cependant, la décision de prescrire un produit à base de cannabis revient toujours au médecin. Cette décision doit être accompagnée par un accord venant du patient.

Et qu’en est-il du cannabis non médical?

Seule l’interdiction sur le cannabis à usage médical sera levée ce 1er août. De ce fait, le cannabis contenant du THC et qui est utilisé dans un cadre non médical reste prohibé. En effet, les chercheurs ainsi que les membres du gouvernement s’accordent sur le fait qu’il existe un danger à l’utilisation de ce produit.

Toutefois, en septembre 2020, le Conseil d’État suisse a voté pour l’expérimentation du cannabis sur les adultes. En attendant le résultat de cette expérimentation, l’avenir du cannabis à usage non médical reste en suspens pour le moment.

L’avenir du cannabis en Suisse

Depuis longtemps, la consommation du cannabis menait à une peine d’emprisonnement ou à une amende en Suisse. Pourtant, presque le tiers de la population avoue avoir testé cette plante. Beaucoup n’hésitent pas à passer par des moyens illicites afin d’obtenir une autorisation de l’Office Fédéral de la Santé Publique. Ainsi, l’annonce de la libéralisation du cannabis médical à partir du 1er août a donné le sourire à beaucoup de consommateurs. De ce fait, on pense que le business du cannabis connaîtra un grand essor rapidement.

Le cannabis médical et la situation économique en Suisse

Le cannabis était encore illégal en Suisse, mais de nombreuses entreprises ont quand même lancé leur business sur la vente des produits contenant des dérivés de cette plante. Cependant, elles travaillaient dans le plus grand secret. Des études ont été effectuées sur ces établissements et on a pu conclure que le business du cannabis générait plus d’un milliard de francs par an.

Bien avant la légalisation de cette plante, les habitants consommaient quotidiennement déjà un équivalent de 750 000 joints, selon les archives. Ainsi, avec cette réforme, on estime un accroissement du chiffre d’affaires généré par le cannabis médical. L’État suisse ainsi que les entreprises qui produisent et qui vendent ce produit se feront un bon paquet de bénéfices. D’un côté, l’État recevra les impôts et taxes sur la vente et la production. De l’autre côté, les entreprises multiplient leur chiffre d’affaires. Elles auront beaucoup plus de clients et pourront même être plus présentes sur le marché.

Dans tous les cas, le business du cannabis médical peut avoir un impact positif sur le PIB en Suisse. En levant l’interdiction sur cette plante, on peut espérer des impacts positifs sur l’économie du pays, mais également sur le marché de l’emploi. De plus, la valeur ajoutée apportée par ce business est comparable à celle des fabrications de voitures.

La situation sanitaire en Suisse et le cannabis médical

Autrefois, pour pouvoir utiliser le cannabis médical, il fallait absolument une autorisation spéciale. Ainsi, les patients avaient du mal à y accéder. Heureusement, grâce à cette nouvelle législation, les malades pourront avoir une prescription plus facilement.

On espère donc une amélioration sur l’état de santé de la population. Le cannabis médical a de nombreuses propriétés qui proviennent de la présence des cannabinoïdes et surtout du cannabidiol que l’on connaît sous le nom de CBD. Il a des propriétés antidouleurs, antiinflammatoires et anxiolytiques.

Dans de nombreux cas, le cannabis médical peut substituer les analgésiques courants que l’on utilise. De ce fait, la légalisation de cette plante permet de réduire les dépendances liées aux analgésiques. Les thérapeutes pourront donc prescrire le cannabis médical pour les patients en sevrage.

Cette plante peut aussi être un substitut d’un antidépresseur. Il calme le consommateur et lui permet de s’échapper de la réalité. En agissant sur le système endocannabinoïde du consommateur, le cannabis médical lui procure des sensations de relaxation et de bien-être.

fleur de cannabis dans des boites, feuille de cannabis sur un couvercle

Le cadre social en Suisse et le cannabis médical

Un changement dans la législation apporte souvent quelques modifications au sein de la société. En effet, les militants pour la légalisation du cannabis médical seront aux anges. Ils pourront consommer légalement la plante et ses produits légalement. Les démarches pour la légalisation ne seront plus que des souvenirs.

Cependant, les personnes qui n’adhèrent pas à cette nouvelle législation peuvent montrer des signes de répression. Comme elles n’acceptent pas la consommation et la promotion du cannabis légal, quelques manifestations peuvent se présenter.

Les forces de l’ordre auront donc du boulot à partir de ce mois d’août. Ils devront régler les conflits qui peuvent se produire. De même, ils devront bien encadrer les consommateurs pour que ces derniers ne nuisent pas à autrui. En effet, comme nous vivons dans une société, on doit se respecter. Surement avec la mise en place de cette nouvelle loi, il y aura des places spéciales comme les zones fumeurs pour permettre aux consommateurs du cannabis médical de profiter de sa dose tranquillement.

Le cannabis médical et les précautions à prendre

Même si le cannabis médical soulage de nombreux patients, sa consommation comporte tout de même quelques risques. Tout d’abord, après la consommation de cannabis, thérapeutique ou non, conduire est formellement interdit. En effet, la vigilance du conducteur baisse à cause de la substance. En insistant à prendre la route alors qu’on est sous l’influence de cette plante, on porte atteinte à la sécurité routière. 

Par la suite, la consommation du cannabis médical doit toujours faire l’objet d’une prescription médicale. Les effets de ce produit sont différents d’un individu à un autre. Il existe par exemple certaines personnes dont l’organisme ne pourra pas supporter le produit, comme les personnes cardiaques.

Pour terminer, quand on parle de cannabis médical, on ne parle pas de la suppression du THC. De ce fait, les personnes ayant des tendances psychotiques peuvent se retrouver avec des bouffées délirantes et des hallucinations plus ou moins importantes selon le dosage du produit. De ce fait, ils ne doivent pas consommer de cannabis médical. Sa consommation ne fera qu’accentuer l’effet “high” de ce dernier”

Pour conclure, la levée de l’interdiction du cannabis médical en Suisse à partir de ce mois d’août est le fruit de l’acharnement des militants. Elle permettra de faciliter l’accès aux propriétés miraculeuses du cannabis. De plus, l’économie du pays connaîtra une amélioration puisque les entreprises illégales auparavant deviendront formelles. Toutefois, la mise en place d’une nouvelle loi nécessite de la patience et de la compréhension de la part du gouvernement et des citoyens. Ainsi, dans un premier temps, un accompagnement est nécessaire pour que le changement se passe au mieux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page