Législation
A la Une

Zoom sur la légalisation du cannabis en France

La France fait encore partie des pays les plus conservateurs en Europe. De ce fait, il est encore difficile d’accepter de voir le cannabis d’une autre manière que comme étant une drogue. Le gouvernement veut à tout prix protéger la population, surtout les jeunes, des risques liés à la consommation de drogue. Ceci est la raison principale pour laquelle le cannabis est encore illégal en France. Cependant, les citoyens réclament de pouvoir accéder à ces produits. Ainsi, certains parlementaires ne cessent de faire des propositions de loi sur la légalisation du cannabis en France.

De nombreux efforts jamais récompensés pour la légalisation du cannabis

À plusieurs reprises, de nombreux parlementaires en faveur du cannabis émettent des propositions de loi pour la légalisation de cette plante. De nombreux pays se lancent petit à petit vers une dépénalisation et parfois vers une légalisation du cannabis. Ainsi, ils ont pensé que la France pourrait bien aussi prendre son courage à deux mains et se lancer dans l’aventure.

Dans leurs propositions, les sénateurs socialistes ont mis en relief que la légalisation du cannabis serait efficace pour protéger les citoyens, tant les jeunes que les adultes. Ils partent du principe que cette technique a marché pour l’alcoolisme, le tabagisme et même pour les jeux d’argent. Les mesures prises lors de la légalisation de ces activités ont permis de garder un certain contrôle sur ces derniers. Ils veulent donc que le gouvernement applique des mesures strictes aussi sur le cannabis.

Cependant, quelles que soient les argumentations avancées par les parlementaires favorables au cannabis, cela se solde toujours par le rejet de la proposition.

Vote pour la légalisation du cannabis

Les causes du rejet des propositions de loi sur la légalisation du cannabis

Après les nombreuses tentatives pour faire passer la loi sur le cannabis, on remarque que les arguments de rejet sont presque les mêmes. Les causes citées ci-dessous sont souvent à l’origine du rejet des nombreuses propositions pour la légalisation du cannabis en France.

La France : un pays conservateur

Puisque la France est un pays conservateur, dès que l’on prononce le terme « drogue », il n’y a plus aucun moyen d’argumenter sur le potentiel du produit. Même si la moitié des Français est favorable à cette idée de légalisation, la majorité de l’opinion publique n’est pas encore prête. Fidèle à lui-même, le gouvernement, lui aussi, ne veut pas entamer un débat que le public n’approuve déjà pas. De plus, certains parlementaires ainsi que ce même gouvernement ont déjà du mal avec l’autorisation pour l’alcool et le tabac. L’idée de la légalisation du cannabis est inconcevable.

L’incertitude sur le taux de THC

Même si le CBD est autorisé en France, pour les législateurs et le gouvernement, la consommation de cannabis constitue un danger pour la santé. En effet, le CBD ne contient qu’un infime taux de THC. Tant que ce taux reste inférieur à 0,3 %, le produit est inoffensif. Par contre, quand il s’agit de cannabis, on ne peut avoir de certitude sur le taux de THC dans sa composition. Or, la consommation de cette molécule peut mener vers de la paranoïa et même vers le développement d’une psychose. Selon l’état d’esprit du consommateur, le cannabis pourrait aussi être un précurseur de la dépression. Il ne faut pas non plus oublier les pertes de mémoire et de concentration qui s’accompagnent d’une baisse de QI considérable.

Une incitation à la consommation

En rejetant les propositions de loi sur la légalisation du cannabis, ils avancent qu’ils veillent à la protection des concitoyens. En fait, ils ont surtout peur que cette légalisation permette aux mineurs d’accéder plus facilement au cannabis.

Il faut savoir qu’en ce moment où le cannabis est encore illégal, rien que cette année, près de 5 millions de Français en ont déjà consommé. Puis, on recense près d’un million de Français qui sont des consommateurs réguliers. En Europe, les jeunes Français sont classés premiers en termes de consommation de cannabis à usage récréatif. D’après ces statistiques, les législateurs ainsi que l’exécutif craignent que la légalisation du cannabis soit vue comme une incitation à la consommation.  

L’avenir de la légalisation du cannabis en France

Les Français sont nombreux à vouloir la légalisation du cannabis. En effet, un sondage a été effectué l’année dernière pour savoir ce qu’en pensent les Français. Résultat : sur 250 000 personnes sondées, près de 80 % veulent que le cannabis soit légal.

Cette légalisation est aussi un argument de taille pour les candidats lors de la dernière campagne présidentielle. La partie gauche comme Yannick Jadot ou encore Philippe Poitou sont favorables à cette légalisation. Même Jean-Luc Mélenchon qui est pragmatique soutient la filière du chanvre français. Eric Zemmour, quant à lui, soutient cette idée puisqu’il a conscience que la répression ne marche pas. La force de droite est cependant contre cette légalisation. Valérie Pécresse ainsi que Marine Le Pen s’opposent fermement à rendre le cannabis légal. Elles voient cette plante comme porteur de délinquance et d’insécurité. Quant au président actuel, Emmanuel Macron était plutôt ouvert à cette idée. Cependant, aujourd’hui il ne tient plus le même discours. Il est désormais à fond sur la lutte contre le trafic de drogue.

Le sort de la légalisation du cannabis reste encore flou jusqu’à ce jour. Avec des représentants du peuple conservateurs et un gouvernement pas assez investi, ce ne sera pas demain que le cannabis sera légal en France. On a même déjà posé une question explicite sur ce sujet au ministre de la santé français. Celui-ci a répondu que le statut du cannabis thérapeutique sera basé sur les résultats de l’expérimentation en cours. Il n’a évoqué à aucun moment le cannabis à usage récréatif.

l'avenir de la légalisation du cannabis en France

Le point de vue des députés favorables à la légalisation du cannabis

Récemment, on a interviewé François Michel Lambert. Ce député fait partie des parlementaires qui sont favorables à la légalisation du cannabis. Dans la transcription de son interview qui est disponible sur ce lien, il a expliqué les grandes lignes de la dernière proposition sur le statut du cannabis face à l’Assemblée nationale. Vous trouverez aussi le podcast complet en base de page.

L’objet de la proposition

Dans cette proposition de loi, le but est de demander la légalisation du cannabis récréatif jusqu’à un certain niveau de THC. Les parlementaires doivent simplement approuver cette législation. Les réglementations pour le contrôle dépendent entièrement du gouvernement. Pour faire simple, cette loi consiste à permettre aux consommateurs d’ avoir accès plus facilement au cannabis récréatif. Toutefois, ces produits devront respecter un taux de THC décrété par le gouvernement.

Les mesures devant être prises par le gouvernement

Après l’adoption de la loi sur la légalisation du cannabis, le gouvernement doit prendre des mesures efficaces pour contrôler le produit. Le député a avancé que le gouvernement devrait :

          Fixer la date de l’entrée en vigueur de la loi

Le gouvernement doit fixer une date à partir de laquelle il sera légal de commercialiser et de consommer le cannabis. Les consommateurs doivent donc respecter cette date afin d’éviter les sanctions.

Par exemple, on peut dire :”Je légalise” en donnant une date comme 2024 jusqu’à 2027 la distribution de cannabis par les buralistes. – François Michel Lambert

          Donner les autorisations

Le rôle du gouvernement sera de donner tant aux cultivateurs, aux producteurs qu’aux vendeurs les licences de vente. Ce certificat leur permettra de cultiver, de produire et de vendre les produits à base de cannabis. En général, à partir du jour où le gouvernement prononcera la légalisation du cannabis, les consommateurs doivent s’en procurer uniquement auprès des boutiques agréées.

          Fixer le seuil de THC

En acceptant de légaliser la plante, le gouvernement répond aux attentes des citoyens. Toutefois, pour que le cannabis récréatif ne soit pas un danger pour les consommateurs, le gouvernement doit prendre des mesures strictes concernant le THC. Ainsi, il doit définir le seuil maximal de THC que l’on pourra retrouver dans chaque produit à base de cannabis.

          Un encadrement par le SECa

Pour mieux réglementer le cannabis, le gouvernement ferait bien aussi de travailler main dans la main avec la Société d’État du Cannabis. Cet organisme pourra encadrer toutes les manipulations en lien avec la plante : de la plantation jusqu’à la distribution en passant par les diverses transformations. En effet, il s’occupe de fournir des graines conformes aux cultivateurs. Il leur donne aussi les licences pour cultiver la plante. Par la suite, ce même organisme veille à ce que le processus de fabrication soit conforme à la loi. Aussi, il assure que les transformations sont effectuées uniquement dans les industries agréées. Enfin, la SECa, seule, s’occupe de la distribution de cannabis auprès des revendeurs agréés.

Le contrôle du cannabis doit se faire sous le contrôle serré de l’Etat. – François Michel Lambert

Pour conclure, même si de nombreux pays dans le monde optent pour la légalisation du cannabis. En France, ce ne sera pas pour demain. Les parlementaires et même le gouvernement trouvent toujours un moyen pour se défiler. Certes, ils sont conscients que légaliser le cannabis pourrait réduire considérablement le trafic. De plus, le cannabis peut apporter des vertus précieuses à l’organisme. Cependant, ils ne sont pas encore prêts à délaisser leur côté conservateur. D’après les députés favorables à ce qu’on légalise le cannabis en France, si un jour le pays s’y met, le gouvernement doit établir une légalisation très encadrée. L’État devra effectuer un contrôle serré à partir de la plantation jusqu’à la distribution.

Ici, l’interview de François Michel Lambert

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page